Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

19 juillet 2019 à 13:05:45

Le Monde de L'Écriture » Salle de lecture » Essais, documents » Je voulais juste vivre (Yeomni Park)

Auteur Sujet: Je voulais juste vivre (Yeomni Park)  (Lu 948 fois)

Hors ligne Quaedam

  • Calligraphe
  • *
  • Messages: 135
  • Critique de bon aloi
Je voulais juste vivre (Yeomni Park)
« le: 11 mars 2016 à 21:32:14 »
Spoiler
[close]

Alors avant de commencer cette critique, ou plutôt de donner mon avis  :noange:, je voudrais vous prévenir que c'est un livre difficile à lire. Pas au niveau du style mais parce que l'histoire racontée est triste et terrible, d'autant plus terrible qu'il s'agit d'une autobiographie. Je déconseille donc aux plus jeunes et aux personnes ayant le moral dans les chaussettes de lire ce livre (pour le moment).

Je voulais juste vivre est donc l'autobiographie d'une Nord-Coréenne aujourd'hui activiste pour les Droits de l'Homme. Vous l'avez peut-être entendu parler d'elle il y a un an ou deux, pendant une intervention publique où elle et l'assistance pleuraient à chaudes larmes devant l'horreur de son passé. Elle a ensuite rédigé ses mémoires qu'elle nous livre dans ce récit.

Il y a trois partie à cette histoire, et sans vous spoiler - puisque l'introduction évoque ces périodes- , il s'agit de la "Corée du Nord", de "La Chine" et de la "Corée du Sud". Ces trois parties sont le reflet des trois grandes étapes de sa fuite vers un pays d'accueil. Son départ clandestin depuis la Corée du Nord à 13 ans avec sa mère, sa survie et sa fuite en Chine et enfin son arrivée et son adaptation à la vie en Corée du Sud. Ces trois grandes étapes - du moins je l'ai ressenti comme tel - sont aussi celles qui font d'elle ce qu'elle est devenue à présent.

Dans la première partie, Yeonmi raconte sa vie dans son pays natal. Elle parle de sa ville natale dans la région frontalière du mastodonte chinois. Dans cette partie, on trouve son quotidien, le portrait de sa famille et la Faim. L'omniprésence de la faim; de la famine qui a décimé les Nord-Coréens depuis les années 90. Elle y parle aussi de l'endoctrinement que subissent ses compatriotes. C'est ce sujet qui, dans cette partie, a le plus retenu mon attention. Si vous vous posez la question du rapport entre ce peuple et ses dirigeants, c'est vraiment fascinant de lire le témoignage de quelqu'un qui a vécu cela de l'intérieur. Personnellement ça m'a impressionné et m'a aidé à comprendre beaucoup de choses.

La seconde partie est sans conteste la plus atroce. Je pleurais une page sur deux >.> Surtout que l'on a beau être du point de vue d'une Nord-Coréenne, on ne peut pas s'empêcher de penser aux autres femmes, enfants et même hommes entre les mains des trafiquants d'humains (je mets ici les hommes à part car leur situation est très différente de celle des femmes telle qu'elle l'est relatée dans cette autobiographie). En lisant cette partie vous aurez du mal à garder foi en l'Humanité (sauf si vous l'avez déjà perdu auquel cas, vous risquez fort d'être conforté dans votre point de vue). Pourtant, Yeonmi laisse toujours entrevoir une lueur d'espoir, elle reste déterminée, pragmatique et souvent drôle.

Enfin la troisième partie est dédiée à l'accueil réservé aux Nord-Coréens par les Sud-Coréens. C'est très intéressant de voir que deux peuples très proches - langues, géographie, histoire commune - ont évolué aussi différemment en si peu de temps. Le décalage entre ces cultures, l'opinion et le jugement des accueillants vis à vis des accueillis est à la fois décevant, et positif. A vrai dire, vous êtes déçu des épreuves qu'il reste encore à surmonter dans ce pays pourtant providentiel, et en parallèle, dans un coin de votre tête, l'accueil que fait l'Europe (et l'Occident en général) à ses propres réfugiés politiques et économiques.

Ce livre est très humain, très beau, et ne s'apitoie pas sur le sort de son héroïne. Vous partagez certes ses angoisses et la violence qu'elle a dû endurer mais aussi son point de vue critique, son analyse, ses explications sur le monde qui l'entoure. Je vous recommande fortement ce livre, cette autobiographie.

Bonne lecture!
(N'hésitez pas à réagir j'aimerais beaucoup avoir votre point de vue et votre critique sur ce livre^^)
« Modifié: 11 mars 2016 à 23:37:17 par Quaedam »

Hors ligne Alan Tréard

  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 5 142
  • ─ Oh ! fumer l'opium dans un crâne d'enfant
    • Alan Tréard, c'est moi !
Re : Je voulais juste vivre (Yeomni Park)
« Réponse #1 le: 11 mars 2016 à 22:55:08 »
Bonjour Quaedam,

 :bouquine:

Un grand merci à toi pour cette fiche de lecture, je l'ai trouvée vraiment très riche et très bien renseignée. C'est frappant d'imaginer que de tels livres ont pu être écrits, je n'en avais pas entendu parler avant. Effectivement, je dirais que le mémoire a toute sa place dans le rayon Essais (plutôt que roman par exemple), parce que la réflexion qui accompagne l'écriture du livre est extrêmement poussée. On entre dans des thèmes à la fois essentiels et terrifiants.

Je ne suis pas sûr d'avoir le temps de bouquiner Je voulais juste vivre en ce moment car je suis très occupé, or une chose est sûre, ta fiche de lecture me restera dans un coin de la tête, et ça n'est pas près d'en sortir !

Merci pour ce petit moment d'ouverture, ça donne vraiment une réelle idée de ce qu'on pourra trouver dans le livre.

Sujet très enrichissant, c'est clair. :huhu:

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.15 | SMF © 2017, Simple Machines
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.095 secondes avec 22 requêtes.