Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

22 janvier 2019 à 15:34:33

Le Monde de L'Écriture » Coin écriture » Textes courts (Modérateurs: Aube, Miromensil, Chapart, Claudius) » Comment je suis devenu fou [défi de kokox] (multiples occurences de gros mots)

Auteur Sujet: Comment je suis devenu fou [défi de kokox] (multiples occurences de gros mots)  (Lu 1883 fois)

En ligne Aube

  • Modo
  • Prophète
  • **
  • Messages: 653
  • Craie-Pulsive
Citer
Je te passe commande d'un nouvelle plus ou moins longue relatant un amour de jeunesse éblouissant, ravageur, tragi-comique, étrange, passionné, dépassionné, cruel, hilarant, selon tes souvenirs.
Je te donne une semaine ou quinze jours, au choix, mais pas plus, sinon tu lâcheras l'affaire.
Fais-moi rire, fais-moi pleurer, mais par pitié ne me fais pas que pleurer.
Ecris tout d'abord les faits, rien que les faits, sans te faire chier avec la littérature. Et ensuite rajoute joliment deux ou trois roses pour enrober le paquet.

Hey hey, voilà le résultat ! Je ne maîtrise plus du tout mon écriture. Je me sens comme un enfant ^^ J'espère que tu souriras kokox. C'était un peu chaud patate à partir du quart. Hésitez pas à y aller franchement sur le com com. Bizooooooo. sans u.


J’ai jamais été aussi fleur bleue que quand j’étais au fond du fond du fond du gouffre.
Jusqu’à ce qu’il n’y ait plus rien. Alors là, même les fleurs se font mâcher par le néant.
Quand j’étais au lycée, j’étais très fleur bleue. *rires*
On savait pas dans quelle case me mettre. J’avais des rangers, donc j’étais un mec cool, mais je jouais aux jeux de rôles, donc j’étais un looser. J’avais les cheveux longs, donc j’étais du genre peace&love, mais je parlais à personne, donc j’étais emo. J’avais des bijoux, donc j’étais gothique, mais j’avais des chemises, donc j’étais intello.
J’étais rien.
Être fleur bleue, ça veut dire croire en l’Amour. Ça veut dire aussi avoir un petit carnet à la couverture couleur de ciel avec un pissenlit qui s’égrène dans le vent imprimé dessus. Ça veut dire être amoureux d’une fille qu’on ne connait pas juste parce qu’on a croisé son regard. Ça veut dire avoir une écharpe de poète autour du cou, s’asseoir sur un banc et regarder l’horizon d’un air rêveur.
Mais cette case, aussi appelée « tapette », n’était pas plus adéquate que les autres. Parce que dessins flippants dans le carnet. Parce qu’entailles sur les poignets. Parce que très en colère très facilement.
J’étais bien. Le rejet injustifié est trop dur à encaisser. Faire en sorte que la réalité me donne raison a été la parade la plus efficace que j’ai jamais trouvée.
Bref me voilà, avec un carnet, une écharpe, un banc, un compas et une fille.

Je vais pas vous jouer le couplet du collège traumatique. Ceux qui savent savent. Ceux qui ne savent pas croient savoir. Disons simplement que le conditionnement n’est pas une chose facile à défaire. Marcher droit, avoir le visage illisible, faire attention à chacun de ses gestes, se dessiner soigneusement une carapace agressive et impassible.
Quand j’arrive au lycée, je sens que je ne crains plus grand-chose. L’animosité sourde qui empoissait la cour du collège n’est plus là, remplacée par un système social tacite bien plus abstrait et épineux. D’enfant d’argile sculpté par la violence, j’étais donc devenu cette chose transitoire et laide qu’on appelle adolescent. Regard noir et brûlant, visage tendu sur les os. Bouche close et pincée. Mâchoire serrée. Sécheresse squelettique. Brasier dans les tripes et dans les veines. C’est tout moi.
Je vais parler au passé à présent, histoire qu’une distanciation nostalgique s’instaure.
J’étais un pauvre être écartelé entre sa soif vitale de câlins et son envie de tuer tout ce qui parlait et bougeait. J’avais tellement envie que quelqu’un d’autre que ma maman, pour qui c’était acquis, m’aime et ne soit pas répugné à l’idée de me toucher, que je guettais le moindre regard non-hostile dès que je me déplaçais parmi mes semblables, afin d’en tomber irrémédiablement pathologiquement chroniquement amoureux.
Un jour, une espèce de gothique qui avait la moitié des cheveux dressés sur la tête et des yeux en amande maquillés de noir passa sur moi un regard complètement neutre.
Et merde.
Je m’étais constitué une clique de potes aussi insupportables que moi et on s’amusait à se faire souffrir les uns les autres. Je me gardai bien de leur faire part de mon récent coup de foudre, car en vérité, les germes d’une folie amoureuse sans précédent étaient en train de croître dans ma cervelle en sang, envahissaient mes neurones de racines intruses, de vrilles, de fantasmes, de rêves, d’espoir.
Et même à l’époque je voyais bien que quelque part, il y avait un soupçon de délire pur.
Maintenant quand j’en parle à mes psys, ils revêtent leurs masques de personnes raisonnables et parlent de « délires légers survenus durant l’adolescence ». C’est parce qu’ils sont frustrés.
COUP DE FOUUUUUUDRE. J’ai essayé de retarder l’impact hein. Je faisais de la double-pensée, du déni et même des jeux vidéo, mais le coup fatal me fut porté lors du carnaval.
Carnaval du lycée. Quelle chance, quel épanouissement pour nous autres ! Avec mes affreux potes, on était adossés à un radiateur, derrière la foule, nos sacs à dos éparpillés tout autour. On regardait d’un air faussement affligé ceux qui s’étaient déguisés parce qu’ils avaient moins de problèmes dans la vie que nous, et mations sans vergogne les costumes très courts des demoiselles qui avaient profité de l’occasion pour passer outre l’article du règlement intérieur qui parlait de « tenues décentes ». Au milieu du hall se tenait un large et haut escalier qui menait aux étages. Cet escalier large et haut était idéal car nous autres, la foule en contre-bas, pouvions voir tout ce qu’il s’y passait. Les groupes costumés, sous les annonces grandiloquentes des surveillants, entamaient ensuite des chorégraphies plus ou moins dansées sur une musique aléatoire. Lorsque vint son tour, je sus qu’il était trop tard.
Elle était là, sur les escaliers, avec d’autres filles qui s’étaient déguisées comme des écolières japonaises. Elles ont dansé sur une musique frénétique et piaillante qui avait « caramel » dans le titre. Tandis que mes yeux étaient absorbés par son visage et son sourire un peu gêné, je sentais la nausée euphorique trop familière de ce poison aliénant que l’on nomme… je sais pas trop comment. Faisons confiance aux grecs qui étudièrent les passions humaines avec la rigueur d’une science et disons Eros. Mes organes internes étaient irrigués par l’enivrante pulsation que cette fille, en ne faisant rien !, provoquait dans toutes mes artères.
J’en ai parlé à mes potes quelques soirs plus  tard.
Malheureusement pour moi, ce fut le début d’une quête effrénée pour approcher cette personne. Cette fille était devenue source de terreur absolue (car je savais que l’issue de mon existence dépendait d’elle) et vectrice d’une attraction surnaturelle. Lutter contre l’un et suivre l’autre. Ne pas se mélanger.
Au bout d’une semaine j’appris qu’elle s’appelait Agathe. Merci à cette professeure de français tellement peu inspirée qu’elle nous a proposé une rédaction autobiographique centrée sur la journée du carnaval et merci à cette autre fille qui avait dansé à côté d’elle le caramel pour avoir lu sa rédaction à haute voix.
Agathe, en 1ère littéraire, n’avait bien entendu jamais ouï quoi que ce soit à mon sujet.
Commença alors la longue descente dans la folie. Longue, mais très rapide. L’espoir et le réalisme se livrent une bataille sans merci. Ton cerveau se creuse de cratères. Le sang coule dans tes viscères. Tu dois trouver un coupable pour survivre à ça. Je te Haimes. A la folie. Sauve-moi. Un prénom. Agathe.
Oui bien entendu, c’est comme ça que ça a commencé. Le cycle sans limite, toujours plus large, de l’espoir amoureux, et de l’horreur désespérée.
Devant la situation critique, mes horribles potes que j’adore entreprirent de me porter assistance à leur façon. Délectés par le spectacle de ma souffrance, de mon énième amour impossible, exaspérés par mes complaintes quotidiennes, ce fut avec un sourire hilare qu’ils vinrent m’annoncer la nouvelle, recueillie frontalement auprès de l’une de ses amies.
Agathe s’appelait en fait Marie.
Marie était bien en première littéraire.
Marie était en outre homosexuelle jusqu’au bout de ses ongles vernis de noir.
Marie n’était pas gothique, mais adoptait la mode Visual Kei, associée à un style musical japonais qui revendiquait un esthétisme androgyne et extravagant tout en conservant une sobriété chromatique relative rappelant nos chers post-punks occidentaux.
Pour ma part ce furent surtout les items un et trois qui me troublèrent. Je dus m’isoler un instant loin des deux bouffons pliés en deux qui venaient de voir ma mine se déconfire.
 J’ai essayé de pleurer mais j’étais toujours trop d4rk pour ça. J’ai essayé plus fort et Maxime est venu. Maxime c’est un de mes potes, mais il est pas con comme les autres. Il est juste silencieux et amorphe. Il fait la plupart des choses silencieusement. Il s’assoit à côté de moi dans tous les cours silencieusement. Il s’énerve silencieusement. Il ne fait pas ses devoirs silencieusement. Il me regarde couper méthodiquement chaque centimètre carré du dos de mes mains silencieusement. Mais comme je sais pourquoi, et que je le suis moi aussi, c’est pas grave. Avec Maxime je me suis calmé.
En été, l’euphorie m’a envahi entièrement. Mon cerveau était capable d’improviser une chanson d’amour mythique en dix minutes. J’eus toutes les vacances pour travailler sur mon plan destiné à avoir une interaction avec Marie.
Pour cela j’ai dû fracturer mon esprit.
Mais je vais un peu vite en besogne et en grandiloquence. Laissez-moi d’abord vous parlez de Marie deux. Marie deux, c’est une correspondante avec laquelle j’ai commencé à échanger par e-mail dans ces eaux-là. Si je l’évoque, c’est qu’elle a joué un rôle capital dans ma reprise de confiance en moi. En effet, ses mots d’amitié ont su recoudre les plaies de mon cœur juste assez tôt pour qu’il n’éclate pas. Grâce à elle, j’ai pu aller au bout de mon entreprise.
Entre temps j’étais devenu féru de poésie romantique adolescente et dégoulinante de douleur frustrée. Quand mon professeur de français a demandé d’écrire un poème « à la Ponge » sur un objet du quotidien, j’ai lu le mien en classe. J’avais choisi le lit. Parce que dedans on rêve, on baise et on crève. J’ai gagné du respect.
J’étais prêt. Mon existence empirait de jour en jour et je voulais agir au plus vite afin de soulager la souffrance affective extrême qui m’empoisonnait la vie. J’étais accepté socialement comme un mec bizarre qui faisait des poèmes de ouf. J’avais une amie qui disait qu’elle me trouvait gentil via Internet. Ça me suffisait pour trouver la force de tenter de remuer légèrement l’auriculaire dans la direction de Marie.
J’ai compris rapidement que la tâche colossale que je m’imposais, c’est-à-dire échanger un mot avec cette parfaite inconnue qui m’obsédait depuis un an pour de fil en aiguille… eh bien je n’en savais rien, serait bien trop ardue pour des moyens romantiques conventionnels. Quels fantasmes étranges m’ont habité à cette époque ! Je l’imaginais me surprendre en train de peindre les murs de peinture rouge sang, de la souffrance qu’elle m’infligeait, les yeux révulsés. Je m’imaginais attaché à un générateur électrique par des aiguilles d’aciers enfoncées dans mes veines et convertir devant elle ma souffrance psychique en torture physique. Newtonienne. En rêve, je me projetais avec précision dans le scénario sensitif de l’amputation méthodique de tous mes membres pour lui expliquer à quel point je l’aimais.
Je suis une personne éminemment morale. Ce que j’ai dû faire pour parvenir à la seule alternative qui, éventuellement, soulagerait ma douleur, ma psyché ne l’a pas accepté. Le concept du mensonge et de la manipulation, aussi inoffensive soit-elle, étaient ce que je méprisais le plus. Mais je n’avais pas la force de procéder autrement.
Pour cela j’ai dû fracturer mon esprit.
Il s’est appelé Corwin. Comme dans les Neuf Princes d’Ambre de Zelazny. Le nom que j’ai failli porter si ma maman, soucieuse de mon intégration sociétale, ne s’était pas opposée à mon père en la matière. Si cela n’avait pas été le cas, est-ce que Corwin se serait appelé par mon prénom ?
Il avait de grands yeux brûlants et un corps pâle comme le mien. Il était grand et aussi beau que je l’aurais été si je n’étais pas devenu laid. Il avait de grandes ailes empennées de noir desquelles suintait le sang de mes poignets. C’était mon ange. C’était l’ange que j’étais. Parfois, il s’envolait dans la nuit sous forme de corbeau et, avec son bec dur et noir, heurtait la vitre de ma chambre pour que je le laisse entrer.
C’est lui qui me disait quoi écrire et quoi penser à partir du moment où je l’ai créé. C’est à cause de son absence qu’aujourd’hui le moindre enchaînement de mots est une difficulté.
C’est lui qui a écrit à Marie un, sur cette adresse électronique qu’à force d’obsession insomniaque fiévreuse j’avais réussi à dénicher sur la Toile. C’est lui qui a avoué mon amour. C’est lui qui m’a volé ce moment. Il a signé avec son propre nom.
Par la suite ce sera lui qui pendant un an mentira, parlera par ma bouche, me remplacera. J’imaginais son grand corps ailé marcher derrière moi dans les couloirs du lycée. C’est sa personnalité, plus forte que la mienne, que mes affreux potes m’ont ensuite renvoyée pendant des années. Un menteur amoral, un manipulateur chevronné, un mec qui ne recule devant rien pour avoir ce qu’il veut, le roi des stalkers internet, méprisant, arrogant, oisif, egocentrique. Ma culpabilité. Je l’ai personnifiée pour la tenir loin de moi, mais comme elle semblait beaucoup plus viable dans ce monde inique, je l’ai laissée me guider, me conseiller depuis mes délires insomniaques. C’est lui qui progressivement, dans le rêve du démembrement, a remplacé mon corps par celui de Marie.
J’avais Corwin. J’avais Marie deux. Ma terreur était immense. Mais ma souffrance et ma confiance en moi additionnées étaient immense+1.
J’ai écrit un poème d’amour, souillé de douleur et d’aigreur, que j’ai mis dans une lettre cachetée à la cire bleue. Corwin avait avoué mes sentiments sur un ton détaché et amusé, mais elle avait refusé de venir lui parler, à moi. C’était suffisant pour que j’y aille.
Pendant une semaine, en mangeant à la table de mes affreux potes, je regardais dans sa direction. Je posais la lettre sur la table.
Je fermais les yeux.
Mon cœur pulsait à grand coups frénétiques au ralenti. Mes tempes et ma cervelle surchauffaient entre le sang qui hurlait et Corwin qui hurlait et moi qui hurlait dans ma tête. Ma carcasse de viande ajoutait-multipliait sa masse par deux à chaque seconde d’anticipation, jusqu’à ce que je me retrouve cloué sur ma chaise par une centaine de mains impérieuses qui pesaient sur mes épaules et mes bras.
Puis je finissais de manger et recommençais la semaine prochaine.
Dans le poème, je me souviens que je parlais de poissons morts.
 Il ne fallait pas attendre que les mains arrivent. Il fallait y aller immédiatement.
La troisième fois j’y suis allé.
Je me suis fait raconter la scène de nombreuses fois par ceux qui furent mes affreux potes, qu’aujourd’hui j’appelle amis. Ils échangent une blague, tournent la tête, me voient partir la lettre à la main. Me voient aller vers Marie et lui parler. La voient plus tard dans le couloir, avant les cours, marcher, très en colère, vers moi pour me prendre à part. C’est vrai que c’était drôle. Même moi j’en rigole.
Quand je me suis levé mes tempes se sont fracturées sous la pression. Ma vision se réduisait à un putain de tunnel dont l’issue était un kaléidoscope cauchemardesque. Mes tympans étaient en train d’être réduits en pulpe par un infrason venu de mon crâne.
J’ai réussi à marcher jusqu’à elle. J’ai posé la main sur son épaule. C’était comme si j’avais touché n’importe qui. Elle s’est retournée. Si je n’avais pas su qu’elle savait, j’aurais couru. Mais je savais qu’elle savait ce qui allait se passer. Alors je lui ai donné la lettre. Elle a souri, attendrie je crois. Elle voyait bien que j’allais vomir dans trois secondes. J’ai dit « c’est pour toi ». Elle a dit «C’est quoi ? ». J’ai dit d’une voix qui n’était pas la mienne, faible, tremblante, alors qu’un démon aux ailes de corbeaux dansait sur l’horizon invisible. « Une déclaration d’amour ». « C'est gentil » elle a dit.
Le poème parlait de poissons morts. Le poème parlait de poissons morts. Le poème parlait de putains de poissons morts qui flottent dans un lac souterrain aussi glacial qu’un cadavre de poisson mort avec des yeux vitreux qui donnent la nausée.
Quand je suis sorti de la cafétéria, je me suis senti guerrier, libéré, invincible, quoique chancelant. J’aurais dû mourir à cet instant.
Dans le couloir elle est revenue, les yeux furieux. Elle a fendu la foule et m’a dit « Viens » d’un ton sec.
Pour moi le temps s’était arrêté. Elle m’avait effleuré. Elle me regardait. Elle me parlait.
J’ai souri.
Et merde.
« Viens ! » a-t-elle répété.
Je suis venu. Elle pointait du doigt l’enveloppe qu’elle tenait.
« C’est quoi ça ? »
Je mesurais une tête de plus qu’elle et son ton de maîtresse d’école fit s’élargir mon sourire. J’en ris encore, je le ressens sur mon visage, ce sourire de tendresse infinie, d’amour doux et pur, d’innocence incongrue. C’était comme être mort de rire devant une tombe.
J’ai pensé : « le poème parle de poissons morts »
Elle me montrait un vers en particulier. Je disais un truc comme « il y en a eu et il y en aura beaucoup d’autres ». Je crois qu’elle a vu ça comme une menace de harcèlement ultérieur ou comme un aveu de la supercherie ridicule, mais tellement nécessaire, de Corwin. Ma réaction béatifiée la rasséréna. Après un court échange, nous convînmes d’un rendez-vous le lundi suivant au dernier étage du lycée.
Pendant un an j’avais imaginé cet instant. J’allais pouvoir soulager mon cœur à bout de force de la douleur vive et solitaire d’un amour imaginaire. J’allais pouvoir lui expliquer, lui en donner un peu et en être libérée.
Sauf que nous deux, assis en tailleur face à l’autre, avec l’un de mes affreux potes à quelques mètres qui refuse de se casser, c’est pas comme je l’imaginais. Mon cerveau s’anesthésie pour combattre la peur. Là où je rêvais de sincérité le masque impassible s’appose à nouveau sur mon visage. Là où j’aurais voulu pleurer enfin pour ce que son fantôme m’avait fait subir, je ne l’ai même pas regardé dans les yeux. Là où j’aurais voulu dire de ces mots que je n’avais jamais osé dire à haute voix et que je n’aurais plus jamais osé prononcer ensuite, j’ai enchaîné des faits sans âme et pétrifiés.
Je lui ai parlé comme je parle aujourd’hui à mes psys.
« Je suis tombé amoureux de toi alors qu’on ne se connait pas. Et… c’est un problème qu’il faut résoudre ».
« Oui » elle a dit.
« Ce n’est pas vraiment de toi que je suis amoureux, je suppose, mais d’une idée que je me fais de toi, d’un fantasme ».
Elle a acquiescé comme si elle était d’accord avec moi. Comme je voyais qu’elle restait attentive et très polie, j’enchaînais, pour la faire réagir :
« C’est allé jusqu’à… l’automutilation (son regard change), quand même, alors c’est pour ça que je suis content d’en parler avec toi, pour que ça s’arrête. »
Elle acquiesça de nouveau, on se quitta poliment et je rejoignis mon affreux pote qui était à quelques pas durant tout ce temps. Si je devais refaire ma vie, je lui éclaterais la gueule, à ce pote.
Je vous préviens, la suite est d’une tristesse affligeante. Je continue un temps à me lamenter sur mon sort, à me couper les avant-bras et à envoyer des mails sous le nom de Corwin pour susciter une réaction de Marie qui, bien sûr, une fois cette histoire réglée, m’ignorait royalement dans les couloirs.
Heureusement, mes affreux potes m’aidaient beaucoup. Je leur parlais de mes problèmes à longueur de journée et ils n’ont jamais exprimé toute l’ampleur de leur exaspération. Respect.
J’aurais pu m’arrêter là mais ce n’est que la moitié de l’histoire. Ma cohabitation avec Corwin empirait. Il me parlait avec mes propres cordes vocales et je lui répondais. Une fois, je suis resté allongé sur le sol de la salle de bains, dans le noir complet, pendant près d’une heure. Corwin commença à me raconter comme toute l’Histoire de l’humanité, toute la causalité chaotique des événements, était en fait dédiée à provoquer ma destinée. Destinée dans laquelle je me transcenderai pour devenir omnipotent.
Si ça vous rappelle quelque chose à propos de vous-même ou d’un proche, pour rappel, mes psys appellent ça « délires légers survenus durant l’adolescence ».
Bref c’est ainsi que je continue de survivre à mes quinze ans. Pour assumer mes actes, Corwin me transforme en connard. Je manipule, je mens, je pervertis, le plus souvent par e-mail. Personne ne m’aime, il vaut mieux que ce soit pour quelque chose, comme je le disais plus tôt.
Il y a Marie deux ensuite. Pauvre Marie deux. Je lui avais proposé qu’on se voie durant l’été et elle avait accepté avec enthousiasme. D’ailleurs, je suppose que sans ça je me serais peut-être buté durant la semaine qui a suivi le lundi passé avec Marie un. Cependant, plus cette dernière s’éloigne, plus je commence à dangereusement transférer sur Marie deux. Plus je transfère, plus la première Marie semble redevenir ce qu’elle est réellement : une inconnue. Plus je transfère, plus la seconde Marie apparaît pour ce que la première était : la seule alternative viable de mon existence, le principal enjeu de toute ma vie. Plus je transfère, plus je deviens flippant, plus Marie met du temps à répondre à mes e-mails, plus je pète les plombs, plus je deviens flippant, et la boucle infernale reprend avec un moteur tout neuf. Mon esprit ne sait plus qui aimer et qui haïr. Je prétends souffrir d’une fille que je ne connais pas mais dont je connais le visage, je nie être amoureux d’une fille que j’ai l’impression de connaître mais dont j’ignore tout. Je hais les deux en alternance, puis je reviens toujours vers moi. Corwin me chuchote d’avoir confiance. Corwin me dit que tout ira bien, que je n’échouerai pas, que je n’échoue jamais. Corwin me ment tout le temps. Mon esprit est un brasier. Juste assez fou pour vivre l’enfer. Pas assez pour qu’on s’en rende compte autour de moi.
True story bro. Alors qu’elle m’envoyait deux e-mails par mois, je vérifiais ma boîte environ douze fois par heure, compulsion, compulsion, compulsion. Envoyerecevoir. C’est ça la folie mec. Elle était devenue ma raison de vivre. Elle. Que je n’avais jamais vue. C’était encore pire que la dernière fois. Elle avait le même nom. Elle n’avait pas de visage.
Je l’attendais. Je parlais d’elle tout le temps. Je l’attendais. Je disais son nom une centaine de fois par jour. Je l’attendais. Je pensais à elle en me réveillant et en m’endormant et en rêvant. Je l’attendais. Je me suis mis à vivre ma vie comme je voulais qu’elle la voie dans six mois. Je l’attendais. A chaque geste que je faisais, parole que je prononçais, j’imaginais ce qu’elle en penserait, ce qu’elle m’en dirait, une fois qu’elle serait là. Je l’attendais. Parfois, mes fantasmes revenaient vers Marie un, mais celle-ci était une cartouche grillée, Corwin l’avait compris. Obsession obsession obsession. Compulsion compulsion compulsion. C’est ça la folie mec. Personne ne l’a vu, même pas moi. Je pensais bien que j’avais un problème, mais je pensais que je m’inventais que j’avais un problème pour supporter mes vrais problèmes. Putain.
Elle me répondait deux fois par mois.
J’ai viré de ma chambre tous les objets que je ne voulais pas qu’elle voit. J’ai commencé à me muscler et à essayer de bronzer. A me raser sous les aisselles. A arrêter de me branler.
Elle me répondait une fois par mois.
J’ai commencé à rêver qu’elle venait, qu’elle me souriait, qu’on dansait, qu’on s’embrassait. Je mimais toutes les scènes de mon corps, je les imaginais dans chaque détail, j’avais la meilleure vie du monde.
Elle me répondait plus.
Je niais être amoureux jusqu’au plus profond de mon âme, de mes tripes et de ma cervelle, car je savais que ça allait tout gâcher. Pourtant, je savais exactement comment j’allais lui faire l’amour. Comment j’allais la rassurer et l’embrasser. Pourquoi de l’herbe Corwin ?
Je recroisai Marie un. Elle était assise en face de moi sur un canapé avec des potes. J’avais mon carnet bleu ciel avec le pissenlit. Corwin utilisait ma main et mon stylo pour se moquer de moi.
Marie m’a donné son numéro de téléphone.
Je l’ai appelée tous les mercredis.
On devait se voir dans deux semaines mais je n’avais toujours pas de réponse claire malgré un dossier d’argumentation complet avec photoshooting à l’appui à destination de ses parents récalcitrants.
Quand j’ai décroché le téléphone, mes tempes se sont fracturées sous la pression. Ma vision se réduisait à un putain de tunnel dont l’issue était un kaléidoscope cauchemardesque. Mes tympans étaient en train d’être réduits en pulpe par un infrason venu de mon crâne.
« Je vais pas pouvoir venir, c’est pas contre toi, je dois aller voir mes grands-parents et puis, après le bac je vais déprimer, j’aurai envie de voir personne, c’est vraiment pas contre toi. »
Corwin et ses mensonges sont morts à ce moment-là.
C’est là que ma vie a commencé à être vraiment difficile.

« Modifié: 03 juin 2017 à 13:43:25 par Aube »

Hors ligne kokox

  • Grand Encrier Cosmique
  • **
  • Messages: 1 302
J'ai eu une remontée gastrique, cela m'a réveillé à 5 plombes du mat'. Un kawa, je vais voir mes mails et je passe ici et je découvre un texte de Aube (Comment je suis devenu fou). Je me dis, tiens ! ce nom me dit quelque chose (t'inquiète, ma mémoire se barre en capilotade ces derniers temps, rien de méprisant envers toi). J'avise ton encart au début ! Mais ce type me cite. Incroyable, il me cite ! Ah mais oui, que je suis con, foutue recognition moribonde ! Oh PT1, la remontée gastrique, le kawa, la vieille coïncidence, c'est ce gars qui l'autre nuit a "Jalousé MON TEXTE, MEC, mon TEXTE, mais pas moi !" :) C'est ce gars que j'ai essayé de tranquilliser en lui disant :" No souci ! Tu as exactement les mêmes armes que moi en toi. Tu as forcément vécu des trucs pas piqués des hannetons en amour. Ben, vas-y fonce, dessine-moi le mouton de tes poilades et autres déchirures romantiques passées de jeune acnéen. Tu as une semaine, voire quinze jours, mais pas un de plus, sinon après tu lâcheras l'affaire. Il me dit banco le bougre, et j'aime ça. En plus, c'est un duel qui ne me coûte pas cher, pas besoin de clairière envahie de brouillard au petit matin, pas besoin de pistolet et de témoins. 5H35, la chance, en plus j'ai l'air d'être l'un des premiers à lire son pavé. Je serais donc, sans doute, l'un des premiers à lui dire ce que je pense de son oeuvre. Et là, j'arrête ma genèse ante-lecture d'un texte de Aube : et je te dis juste simplement :
BRAVO, MEC ! BRAVO AU CUBE !
J'ai sincèrement adoré ton machin.
Fallait que ça sorte et c'est sorti, ma chère petite fleur bleue gothique ! TU l'AS FAIT, MA CANAILLE !
Bon, alors ça dégueule de partout, ça jute aux quatre points cardinaux, mais je m'en fous. Tu m'as raconté là un super putain de souvenir délirant, transi, poétique, fulgurant, drôle et pathétique. Tu m'as fait oublier mes remontées gastriques. Tu m'as fait rire et frissonner à 5H30 du mat'. C'est bien simple, je me suis cru dans un souvenir de jeunesse de Maurice Dantec.
Mille trouvailles, en vrac ! Le poème aux poissons morts, les potes connards qui avec le temps sont devenus des amis, les fleurs bleues tapettes, Marie 1, Marie 2, la possession de Corwin, cette saloperie et légitime décompression de la lycéenne après le bac ! Mais comment, dis-moi, comment as-tu fait pour ne pas devenir fou après ça ? Ton titre est encore bien méta gentillet à mon goût ! :)
Bon, en l'état, cette nouvelle vaut déjà la pyramide de Ming Pei. Rabiote un chouia, peaufine aux entournures et elle deviendra ton Louvre.
Je jalouse cette nouvelle, MEC, pas toi, TA NOUVELLE ! :)

Bien à toi !

Kokox
« Modifié: 04 juin 2017 à 10:52:43 par kokox »

Viviane

  • Invité
C'est très fort effectivement, j'ai adoré ! C'est moi ou y'a un peu de WEG la-dedans ? :D


Citer
J’avais choisi le lit. Parce que dedans on rêve, on baise et on crève.
Excellent !


Citer
C’est lui qui a écrit à Marie un, sur cette adresse électronique qu’à force d’obsession insomniaque fiévreuse j’avais réussi à dénicher sur la Toile. C’est lui qui a avoué mon amour. C’est lui qui m’a volé ce moment. Il a signé avec son propre nom.
Enorme !


Citer
Quand je suis sorti de la cafétéria, je me suis senti guerrier, libéré, invincible, quoique chancelant. J’aurai dû mourir à cet instant.

J'adore !


Citer
« Ce n’est pas vraiment de toi que je suis amoureux, je suppose, mais d’une idée que je me fais de toi, d’un fantasme ».
C'te putin de vérité, sans déconner !


Citer
Alors qu’elle m’envoyait deux e-mails par mois, je vérifiais ma boîte environ douze fois par heure, compulsion,

ca me rappelle qqch... :-¬?


Citer
J’ai viré de ma chambre tous les objets que je ne voulais pas qu’elle voit. J’ai commencé à me muscler et à essayer de bronzer. A me raser sous les aisselles. A arrêté de me branler.
mdr :D


Merci pour cette belle lecture :)

Hors ligne Chouc

  • ex ChoucrouteEstivale
  • Palimpseste Astral
  • ***
  • Messages: 3 179
  • Louve
Wouah, j'ai vraiment aimé !
C'est tout à fait mon kiff, ce genre de nouvelle. Puissant, sombre, amer, et au bout du compte tellement ridicule. Comme la plupart des adolescents quoi  :D

Merci à Kokox pour le défi, et surtout bravo à Aube qu a été plus qu'à la hauteur !

Au plaisir.
- Direct à la jugulaire -

En ligne Aube

  • Modo
  • Prophète
  • **
  • Messages: 653
  • Craie-Pulsive
@kokox : merci ! grâce à toi j'ai posté un nouveau texte sur ce forum, ce qui n'était pas arrivé depuis trois ans ^^ D'ailleurs pour le dernier on m'avait sorti Babylon Babies dans les commentaires. Coïncidence ? Tu ne taris pas d'éloges, ça redonne confiance en soi pour la suite.

@Viviane Merci beaucoup pour ton com, pareil ça boost la motiv'. C'est rigolo que tu parles de WEG, on a justement brièvement échangé par mp à ce sujet, que je reconnaissais dans son écriture quelque chose de familier.

@Choucroute Merci de ta lecture, c'est pile ça ^^ j'ai donc réussi à retranscrire l'adolescence dans toute sa dramatique futile :p

Merci à vous trois ;) (par contre vous avez été gentils sur les fautes, dans l'après-midi j'en ai chopé une dizaine héhé)


Hors ligne kokox

  • Grand Encrier Cosmique
  • **
  • Messages: 1 302
@kokox : merci ! grâce à toi j'ai posté un nouveau texte sur ce forum, ce qui n'était pas arrivé depuis trois ans .

Excellente nouvelle, Aube ! Très heureux d'avoir participé un chouia, par texte interposé, à ton revif. Bon là, il me semble que tu as du charbon pour encore quelques centaines de kilomètres. Mais à l'avenir, dès que tu commenceras à sentir la loco ralentir ou cahoter, tu me bipes illico presto. Je te balancerai alors un nouveau texte, et un nouveau défi !  :)

Bien à toi !

Kokox


Hors ligne Ambriel

  • Palimpseste Astral
  • ***
  • Messages: 2 776
Salut Aube,

J'ai lu ton texte d'une traite, je sais pas à quel point c'est autobio ou pas, mais en tout cas c'est très fort et bien foutu. Bravo  :)
Je relèverai pas de fautes, il est très bien comme ça dans ma tête, j'ai pas envie de m'y replonger en mode correction.

A plus et continue à écrire  :mafio:
Qu'elles étaient douces leurs illusions
Et qu'il nous manque de rêver
Pauvres de nous qui ne connaissons
Que le cynisme, la médiocrité
- Mr Roux, Les cocos -

Hors ligne RyanCoteAzur

  • Scribe
  • Messages: 77
Salut Aube,

Qu'un mot : ouaw. Quelle finesse. J'ai adoré la lecture, j'ai été pris du début à la fin et je dois t'avouer que je me suis à certains moments, vu dans tes écrits. Très certainement parce que j'ai vécu certains de ces moments.
Le rebondissement de la fin est énorme. J'ai cru lire une nouvelle d'un artiste. Oh pardon, tu en es un !

Je ne peux que t'inciter à continuer, pour le plaisir des yeux.
À plus !
Souiller, mépriser, profaner, abuser, pénétrer.
Souffrance, torture, supplice, tourment, mal, larme.
Assassinat, crime, homicide, suicide, parricide, suppression.

Décès.

En ligne Aube

  • Modo
  • Prophète
  • **
  • Messages: 653
  • Craie-Pulsive
Eh ben, que d'enthousiasme ^^ C'est cool merci. Je vais continuer comme ça.

Hors ligne Loïc

  • Vortex Intertextuel
  • ****
  • Messages: 7 133
  • Chercheur en causes perdues
Coucou !

Citer
Être fleur bleue, ça veut dire croire en l’Amour. Ça veut dire aussi avoir un petit carnet à la couverture couleur de ciel avec un pissenlit qui s’égrène dans le vent imprimé dessus. Ça veut dire être amoureux d’une fille qu’on ne connait pas juste parce qu’on a croisé son regard. Ça veut dire avoir une écharpe de poète autour du cou, s’asseoir sur un banc et regarder l’horizon d’un air rêveur.

:coeur:

Citer
afin d’en tomber irrémédiablement pathologiquement chroniquement amoureux.

Je trouve que des virgules ne seraient pas de trop, même si ça risque d'entrer en pas bien avec celles d'avant. Mais la suite d'adverbes longs, c'est dur pour le souffle.

Citer
Maintenant quand j’en parle à mes psys, on prend tous des masques de personnes raisonnables et on parle de « délires légers survenus durant l’adolescence ». C’est parce qu’ils sont frustrés.

J'ai du mal à savoir ce que recouvre le on. Je le trouve pas très adapté en tout cas.

Tiens rigolo, j'suis parti du principe que l'espèce de gothique était un mec. J'sais pas pourquoi.

Citer
je sentais la nausée euphorique trop familière de ce poison aliénant que l’on nomme… je sais pas trop comment. Faisons confiance aux grecs qui étudièrent les passions humaines avec la rigueur d’une science et disons Eros.

Chouette ça !

Citer
Mes organes internes étaient irrigués par l’enivrante pulsation que cette fille, en ne faisant rien !, provoquait dans toutes mes artères.

Bof cette phrase. Un peu longue/lourde.

Citer
J’ai essayé de pleurer mais j’étais toujours trop d4rk pour ça. J’ai essayé plus fort et Maxime est venu. Maxime c’est un de mes potes, mais il est pas con comme les autres. Il est juste silencieux et amorphe. Il fait la plupart des choses silencieusement. Il s’assoit à côté de moi dans tous les cours silencieusement. Il s’énerve silencieusement. Il ne fait pas ses devoirs silencieusement. Il me regarde couper méthodiquement chaque centimètre carré du dos de mes mains silencieusement. Mais comme je sais pourquoi, et que je le suis moi aussi, c’est pas grave.

:coeur:

Citer
J’avais choisi le lit. Parce que dedans on rêve, on baise et on crève. J’ai gagné du respect.

:coeur:

Bon, à part ce que j'ai dit, c'était génial. Le texte, assez long, ne perd jamais en rythme, accroche, accroche encore. Le texte me rappelle des trucs et là aussi c'est bien fait.

Bref, chapeau, merci pour la lecture.

"T'façon je sais pas recevoir l'amour, moi ça me met trop mal à l'aise"
Therapie Taxi

"Les Grandes Histoires sont celles que l'on a déjà entendues et que l'on n'aspire qu'à réentendre.
Celles dans lesquelles on peut entrer à tout moment et s'installer à son aise."
Arundhati Roy

En ligne Aube

  • Modo
  • Prophète
  • **
  • Messages: 653
  • Craie-Pulsive
Salut ! :D :D :D
Citer
    afin d’en tomber irrémédiablement pathologiquement chroniquement amoureux.


Je trouve que des virgules ne seraient pas de trop, même si ça risque d'entrer en pas bien avec celles d'avant. Mais la suite d'adverbes longs, c'est dur pour le souffle.

Ouais je sais. En fait j'aimerais bien que mon futur éditeur me permette d'empiler les mots verticalement, sur l'axe paradigmatique pour parler comme à la fac.

Citer
J'ai du mal à savoir ce que recouvre le on. Je le trouve pas très adapté en tout cas.
C'est vrai. C'est un on un peu universel, qui s'applique particulièrement aux psys je suppose. Je vais changer pour ils.

Citer
Tiens rigolo, j'suis parti du principe que l'espèce de gothique était un mec. J'sais pas pourquoi.
Héhé ouais pourquoi pas ^^

Merci beaucoup pour ta lecture et pour tes retours ! J'ai encore un style assez asphyxiant, mais j'ai l'impression que c'est moins le cas que mes précédents textes (d'il ya trois ans, oui oui). Après je dois t'avouer que j'ai du mal à me défaire de certains tics d'écriture parce que j'aime exprimer cette densité émotionnelle étouffante (... ? Il est tard...) même si j'ai conscience que ça peut être désagréable à lire. Je continuerai de faire attention à ce défaut.

Hors ligne extasy

  • Palimpseste Astral
  • ***
  • Messages: 2 912
Moi qui aime m'étaler dans mes commentaires, relever des fautes, donner mon avis, féliciter ou encourager, je ne trouve plus mes mots. Je garde pour moi quelques belles choses cette fois, je n'ai pas envie de les dénaturer en essayant de les expliquer. De toute façon ça me dépasse un peu tout ça, c'est trop puissant.

Ah si par contre, je dirais bien une chose, je te félicite bien sûr. BRAVO !


:neutre:

Hors ligne derrierelemiroir

  • Prophète
  • **
  • Messages: 689
Wow! Quelle claque, quelle merveilleuse claque qui secoue souvenirs et vieilles émotions dans ma tête!
J'ai vraiment vraiment vraiment adoré. J'ai presque pleuré à la fin haha, mais je suis aussi très émotive.
Bon, un relevé des phrases de malade que tu as écris:

Citer
J’ai jamais été aussi fleur bleue que quand j’étais au fond du fond du fond du gouffre
Ben déjà, ça comment très très bien, avec cette fleur bleue que tout le monde s'imagine souriante et naïve, et puis le fond du gouffre amer qui anéantit tout.

Citer
On savait pas dans quelle case me mettre. J’avais des rangers, donc j’étais un mec cool, mais je jouais aux jeux de rôles, donc j’étais un looser. J’avais les cheveux longs, donc j’étais du genre peace&love, mais je parlais à personne, donc j’étais emo. J’avais des bijoux, donc j’étais gothique, mais j’avais des chemises, donc j’étais intello.
J’étais rien.
Pfff incroyable ce passage! Tellement bien vu, tellement bien décrit, c'est vraiment l'adolescence.

Citer
Faire en sorte que la réalité me donne raison a été la parade la plus efficace que j’ai jamais trouvée.
C'est fort ça aussi! Ah lala je crois que je vais finir pas citer tout ton texte... :coeur:

Citer
J’étais un pauvre être écartelé entre sa soif vitale de câlins et son envie de tuer tout ce qui parlait et bougeait
J'adore j'adore j'adore!! Envie de câlins et de tuer  :D

Citer
un regard complètement neutre
C'est parfait!

Citer
Marie n’était pas gothique, mais adoptait la mode Visual Kei, associée à un style musical japonais qui revendiquait un esthétisme androgyne et extravagant tout en conservant une sobriété chromatique relative rappelant nos chers post-punks occidentaux.
Chais pas, on dirait que t'es retourné en arrière pour décrire tout ça aussi bien.

Citer
J’ai essayé de pleurer mais j’étais toujours trop d4rk pour ça
:coeur:

Citer
J’étais accepté socialement comme un mec bizarre qui faisait des poèmes de ouf. J’avais une amie qui disait qu’elle me trouvait gentil via Internet. Ça me suffisait pour trouver la force de tenter de remuer légèrement l’auriculaire dans la direction de Marie.
De nouveau, tellement bien décrit les petites choses qui sont immenses

Ensuite commence le bout avec Corwin, oh la la la la, ce que c'est fort fort fort!

Citer
entre le sang qui hurlait et Corwin qui hurlait et moi qui hurlait dans ma tête
Trop bien tous ces hurlements

Citer
par ceux qui furent mes affreux potes, qu’aujourd’hui j’appelle amis
Et ici j'aime bien comme en une petite phrase, on a une vision de l'adolescent grandi et sorti de ses cauchemars qui regarde enfin autour de lui et sait reconnaître ses amis

Citer
« C’est quoi ça ? »
Je mesurais une tête de plus qu’elle et son ton de maîtresse d’école fit s’élargir mon sourire. J’en ris encore, je le ressens sur mon visage, ce sourire de tendresse infinie, d’amour doux et pur, d’innocence incongrue. C’était comme être mort de rire devant une tombe.
J’ai pensé : « le poème parle de poissons morts »
Trop cool encore une fois. J'imagine tellement bien le scénario. C'est drôle, ça décrit l'absurdité et la force de ces sentiments d'enfant qui grandit vite, c'est attendrissant.

Citer
Mon cerveau s’anesthésie pour combattre la peur. Là où je rêvais de sincérité le masque impassible s’appose à nouveau sur mon visage. Là où j’aurais voulu pleurer enfin pour ce que son fantôme m’avait fait subir, je ne l’ai même pas regardé dans les yeux. Là où j’aurais voulu dire de ces mots que je n’avais jamais osé dire à haute voix et que je n’aurais plus jamais osé prononcé ensuite, j’ai enchaîné des faits sans âme et pétrifiés.
ça aussi c'est trop bien décrit. D'ailleurs je me retrouve bien là, encore aujourd'hui, quand tu tournes mille fois un discours dans ta tête, et au moment où il faut l'en sortir, c'est la paralysie du cerveau.

Citer
Il me parlait avec mes propres cordes vocales et je lui répondais
:coeur:

Citer
Cependant, plus cette dernière s’éloigne, plus je commence à dangereusement transférer sur Marie deux. Plus je transfère, plus la première Marie semble redevenir ce qu’elle est réellement : une inconnue. Plus je transfère, plus la seconde Marie apparaît pour ce que la première était : la seule alternative viable de mon existence, le principal enjeu de toute ma vie. Plus je transfère, plus je deviens flippant, plus Marie met du temps à répondre à mes e-mails, plus je pète les plombs, plus je deviens flippant, et la boucle infernale reprend avec un moteur tout neuf. Mon esprit ne sait plus qui aimer et qui haïr. Je prétends souffrir d’une fille que je ne connais pas mais dont je connais le visage, je nie être amoureux d’une fille que j’ai l’impression de connaître mais dont j’ignore tout.
Terrible!

Citer
Je niais être amoureux jusqu’au plus profond de mon âme, de mes tripes et de ma cervelle, car je savais que ça allait tout gâcher. Pourtant, je savais exactement comment j’allais lui faire l’amour
Encore un bel enchaînement de phrases qui décrit si bien le guerrier naif et tendre.

Citer
Corwin et ses mensonges sont morts à ce moment-là.
C’est là que ma vie a commencé à être vraiment difficile.
Pis voilà, la fin est top aussi.

Franchement, immense coup de coeur!!!
Bravo!!
"[...] alors le seul fait d'être au monde
  remplissait l'horizon jusqu'aux bords"
  Nicolas Bouvier

Hors ligne vinzWallbreaker

  • Calame Supersonique
  • **
  • Messages: 2 471
  • Ga Bu Zo Meu
    • Esquisses-18
...

Spoiler
[close]
Avec des Si on fait de la musique monotone...

Hors ligne Mogdhorel

  • Aède
  • *
  • Messages: 201
  • Merci de ne pas lire cette phrase
Pfff... Ça me frustre toujours autant de lire ce genre de texte aussi délire que je suis incapable d'écrire.

Sinon bien joué, j'ai vraiment bien aimé.  :)

Vous commencez par un mot, puis un autre, puis vous écrivez une phrase et vous vous rendez compte qu'il n'y a aucune limite, que tout est possible.

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.15 | SMF © 2017, Simple Machines
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.064 secondes avec 23 requêtes.