Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

21 août 2019 à 05:18:05

Le Monde de L'Écriture » Salle de lecture » Essais, documents » Imperium (Frédéric Lordon)

Auteur Sujet: Imperium (Frédéric Lordon)  (Lu 750 fois)

Hors ligne Meilhac

  • Palimpseste Astral
  • ***
  • Messages: 3 159
Imperium (Frédéric Lordon)
« le: 28 décembre 2015 à 17:58:36 »
salut !
j'ai lu imperium de lordon.
lordon, ex économiste, devenu plus ou moins philosophe (en tout cas, son rattachement disciplinaire désormais c'est la philo).

dans imperium, il parle des "corps politiques".

c'est un long livre qui revisite la question "qu'est-ce que c'est un groupe social, un groupe politique", avec les outils de spinoza.
donc il parle des groupes politiques comme étant un corps, un corps qui a des affects, une puissance, etc. bref il applique les concepts de spinoza aux groupes politiques.
au total ça donne un truc assez convenu. il n'invente pas la poudre. il se retrouve page 200 et quelques à nous dire que les groupes quels qu'ils soient reproduisent des normes (merci frédo on savait pas) ; que il faut tendre vers l'horizontalité tout en sachant qu'on n'arrivera jamais à l'atteindre complètement. etc. que il faut faire en sorte que la puissance d'un corps social soit bien agencée pour que chacun de ses membres, de ses organes, en soit positivement affectée. etc.

le but de son ouvrage c'est de dire que les anar ont bien raison de vouloir une société horizontale mais que il ne faut pas se raconter d'histoires, il y a nécessairement dans un corps social quel qu'il soit une puissance immanente, une puissance qui "remonte" (il parle d'une puissance immanente) et qui en retour affecte les membres, leur impose des choses ; et que en outre il y a forcément un processus de captation de cette puissance par certains membres du corps. qu'il y a production d'une excédence, par le corps, que cette excédence devient une force qui "pèse" sur les membres, etc. (bref, pour ceux qui ont fait de la socio: il nous dit avec ses mots spinoziens à peu près exactement ce que marx disait (quand il parlait d'aliénation, de fétichisation, de superstructure et d'infrastructure, d'idéologie) et durkheim (quand il parlait du tout qui est supérieur à la somme des parties, des normes qui s'imposent aux individus, etc.).

bref l'impression d'ensemble du livre est un peu désagréable je trouve : lordon des choses 100% vraies. et assez évidentes. et assez banales. et il met 350 pages pour nous les dire. et il nous les dit avec plein de mots latins. et il se répète énormément, sa réflexion avance à pas de tortue.
énormément de métalangage (on pourrait jouer à compter les phrases du genre "répétons le ici" "il n'est pas besoin de rappeler que" (et là il rappelle le truc :---)), "encore une fois" (et là on a envie de lui dire "ah ben effectivement ça tu nous l'as déjà dit quarante fois"), "il faut redire ici à quel point" (ben pourquoi faut le redire ? tu nous l'avais pas déjà dit?), etc etc.


franchement, cette réflexion de lordon aurait pu (pourrait !) faire une excellente brochure d'une quinzaine de pages.

en tout cas espérons que lordon sera plus concis dans son prochain bouquin - et qu'il s'attaquera à des choses moins balisées. et lui qui aime bien les citations un peu pédante, espérons qu'il pensera à ce que disait tchekhov ("la concision est la soeur du talent").

bref, paradoxe : je suis 100% d'accord avec le contenu de ce livre, de même que je serais d'accord avec un auteur qui mettrait cinq cent pages pour me dire "la pluie ça mouille, et d'ailleurs spinoza disait déjà dans l'éthique "la pluie est un corps humide qui imprègne ce qu'il recouvre d'une partie de son humidité" ; et je suis déçu par ce livre qui ne m'a guère stimulé. des évidences, des choses simples dites de manière compliquée (alors que c'est à peu près l'inverse il me semble qu'on attend d'un bon auteur : démêler des choses compliquées, nous aider à les appréhender, etc.).

allez, un bon côté quand même : ça peut éventuellement donner envie de lire du spinoza.  8)
« Modifié: 28 octobre 2017 à 02:51:25 par Eveil »

Hors ligne Alan Tréard

  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 5 220
  • Mon verre s’est brisé comme un éclat de rire
    • Alan Tréard, c'est moi !
Re : imperium (lordon)
« Réponse #1 le: 29 décembre 2015 à 12:18:07 »
Bonjour Meilhac, intéressante cette petite lecture de bouquin. Tu sais faire vivre une lecture, c'est enrichissant. Tu fais référence à un problème très présent dans les universités ces derniers temps, c'est la volonté d'écrire des choses bien connues dans des termes obscurs et complexes, de complexifier les ouvrages, comme pour exclure une part des lecteurs : c'est de l'élitisme pur.

Et justement ! Tu nous expliques que c'est le sujet du livre, cette "puissance immanente." C'est comme si l'auteur du bouquin voyait son propre ouvrage comme une parole divine (trop fort, ce Lordon). À en lire ton analyse, je suppose que c'est un livre qui a été écrit pour prouver que la supériorité des uns vis à vis des autres est naturelle et complètement admise ; nous, pauvres lecteurs, devons respecter nos pairs et nous soumettre ; ça reste un livre engagé, et je ne suis pas d'accord avec le propos de Lordon ; et en plus, ça s'inscrit au contraire d'une volonté humaniste, telle que celle de Diderot, qui aspire plutôt à la vulgarisation des sciences humaines...

Autrement dit, ce n'est sûrement pas un livre aussi anodin qu'il en a l'air...

Hors ligne Meilhac

  • Palimpseste Astral
  • ***
  • Messages: 3 159
Re : Re : imperium (lordon)
« Réponse #2 le: 29 décembre 2015 à 19:11:33 »
yo !
À en lire ton analyse, je suppose que c'est un livre qui a été écrit pour prouver que la supériorité des uns vis à vis des autres est naturelle et complètement admise ; nous, pauvres lecteurs, devons respecter nos pairs et nous soumettre ;


Autrement dit, ce n'est sûrement pas un livre aussi anodin qu'il en a l'air...
merci Alan pour ta réaction.
mais euh tu extrapoles pas mal quand même hein.
tu fais un procès d'intention à lordon (quand tu dis "un livre écrit pour" etc.).
et ce procès d'intention moi je ne le ferais absolument pas.
que ce soit clair : je suis D'ACCORD avec le contenu de ce livre.
et j'avais l'impression que j'aimais bien lordon - et je continue de bien aimer ses positions politiques - que je trouve tout à fait allant dans le sens de l'émancipation.

mais je suis très, très, très déçu par sa manière d'écrire et d'enfoncer des portes ouvertes de manière un peu pédante et creuse et longue et lente et poussive.

pour le reste je ne te suis pas hein. je te laisse responsable de tes extrapolations. lordon ne dit nulle part que nous pauvres lecteurs devont nous soumettre.

par contre, c'est vrai, je lui ai découvert un côté creux et pédant. triste découverte.

c'est pas grave, y a plein d'excellents essais dans les bonnes librairies ! ;)

Hors ligne Alan Tréard

  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 5 220
  • Mon verre s’est brisé comme un éclat de rire
    • Alan Tréard, c'est moi !
Re : imperium (lordon)
« Réponse #3 le: 29 décembre 2015 à 19:20:53 »
 :D Ah ! Mince, désolé, je me fourvoie.

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.15 | SMF © 2017, Simple Machines
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.699 secondes avec 22 requêtes.