Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

24 mars 2019 à 01:51:48

Le Monde de L'Écriture » Salle de lecture » Romans, nouvelles » Royaume de vent et de colères (Jean-Laurent Del Socorro)

Auteur Sujet: Royaume de vent et de colères (Jean-Laurent Del Socorro)  (Lu 814 fois)

Hors ligne Kailiana

  • Palimpseste Astral
  • ***
  • Messages: 3 630
  • Lial' | Calamar placide
Royaume de vent et de colères (Jean-Laurent Del Socorro)
« le: 16 décembre 2015 à 14:37:25 »

Citation de: 4eme de couverture
1596. Deux ans avant l'édit de Nantes qui met fin aux guerres de Religion, Marseille la catholique s'oppose à Henri IV, l'ancien protestant. Une rébellion, une indépendance que ne peut tolérer le roi.
À La Roue de Fortune se croisent des passés que l’on cherche à fuir et des avenirs incertains : un chevalier usé et reconverti, une vieille femme qui dirige la guilde des assassins, un couple de magiciens amoureux et en fuite, et la patronne, ancienne mercenaire qui s’essaie à un métier sans arme.
Les pions sont en place.
Le mistral se lève.
La pièce peut commencer.

Une super bonne surprise que j'ai dévorée en quelques jours  :D
Alors d'abord, vous n'êtes pas obligés de lire la préface : ça ne dévoile pas l'intrigue (heureusement), mais ça dit juste pourquoi vous allez aimez le livre. Et moi ça m'a donné un premier à-priori négatif, parce que j'aime pas qu'on me dise "tu vas aimer le texte qui suit parce que" (surtout quand c'est l'éditeur qui me le dit... ). Donc c'est pas super utile à lire, même si ça ne change pas grand chose  ::)

Alors Royaume de vent et de colères, c'est quoi ?

D'abord des personnages, tous super attachants. On les suit chacun à tour de rôle, à la première personne, dans des chapitres ultra-courts : on alterne d'un personnage à l'autre très rapidement, en quelques pages. Et c'est pour moi un coup de génie car ça permet au scénario d'avancer rapidement, sans temps mort, et de ne pas avoir cette pensée qui survient facilement dans les livres où on alterne plusieurs personnages : "ah, merde, je voulais continuer à suivre ce perso moi...". Ici, non, ça n'arrive pas. D'abord parce que tous les personnages sont géniaux, et assez originaux, très humains ; ensuite parce que les chapitres très courts ne laissent pas le temps de se lasser d'un personnage, ou de vouloir suivre un personnage très longtemps. Ca me faisait un peu peur au début, ce passage rapide de l'un à l'autre, mais en fait je trouve ça vraiment cool.

L'autre point important, c'est l'aspect historique : c'est une période à laquelle je ne connais pas grand chose (les guerres de religions, et en particulier Henri IV qui veut récupérer Marseille), donc je n'ai pas retenu grand chose au contexte, mais j'ai trouvé que l'aspect historique était bien utilisé : il est là, c'est le monde qui est décrit, mais c'ets pas non plus TROP insistant, c'est pas un cours d'histoire quoi. Et en même temps ça donne envie de connaitre davantage le contexte. Je pense que ça peut plaire tout autant à ceux qui s'y connaissent en histoire (j'ai l'impression que c'est très fidèle) qu'à ceux qui s'en fichent !

Mon seul gros regret, c'est que ce soit trop court (j'aurais aimé continuer longtemps l'aventure avec ces personnages) et que je sois arrivée à la fin en me disant un peu : "et... alors ?". Bref la fin est bien une fin mais ça manque peut-être un chouïa de, comment dire, "point final" ? Enfin un truc pour bien clore le texte quoi : dans un morceau de musique, ou une pièce de théâtre, ou normalement un roman, d'habitude on "sent" que c'est la fin. Là, arrivée au point final, j'ai eu l'impression qu'il manquait un truc.
Ceci dit, ça va bien aussi avec l'ambiance du roman, on suit plusieurs personnages mais finalement ce n'est qu'un épisode qui se termine, ensuite la vie/l'histoire continue.


Bref lisez le, il mérite les prix qu'il a gagné  ^^
« Modifié: 28 octobre 2017 à 02:28:13 par Eveil »
Si la réalité dépasse la fiction, c'est parce que la réalité n'est en rien tenue à la vraisemblance.
Mark Twain

La théorie, c'est quand on sait tout et que rien ne fonctionne. La pratique, c'est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi.
Einstein

Hors ligne Finrielle

  • Plumelette
  • Messages: 8
  • Et la marmotte...
    • Pixel Mauve
Re : Royaume de vent et de colères [Jean-Laurent Del Socorro]
« Réponse #1 le: 25 janvier 2016 à 14:56:22 »
Je l'ai pris à OctoGônes après avoir rencontré l'auteur (et je suis repartie avec mon exemplaire dédicacé  :mrgreen:), mais je ne l'ai pas encore attaqué.
Merci pour cette review.

Hors ligne Marygold

  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 4 229
  • marmotte aphilosophique
Re : Royaume de vent et de colères (Jean-Laurent Del Socorro)
« Réponse #2 le: 12 septembre 2018 à 09:10:10 »
Je l'ai fini il y a quelques jours. Je me souvenais de ton avis, du coup après Boudicca j'ai voulu essayer celui-ci pour voir s'il me plaisait davantage.  Mais en fait, je suis assez déçue :/

Les chapitres très courts c'est super, c'est vrai qu'on a le sentiment d'avancer très vite, de ne pas avoir de temps morts. Mais j'ai eu l'impression de toujours tout survoler : les pensées des personnages, leurs sentiments donc, leur histoire, leurs actions, etc. Du coup, je n'ai pas réussi à m'y attacher.

La construction est aussi un sacré pari. Honnêtement, les flashbacks qui ne datent pas de la même époque et qui ne vont pas tous à la même vitesse (selon les persos, on passe de de une année à soixante années en gros !), ça m'a carrément perdue au début. Et je ne suis pas super fan de ce genre de technique. J'aurais peut-être préféré qu'on reste dans l'ambiance de cette veille de révolution, avec la tension qu'on devine chez tous les personnages, et en apprendre davantage sur leur passé à ce moment-là... Mais je sais que ça n'aurait pas collé avec le ton et le rythme du récit voulu par del Soccoro (qui préfère visiblement le côté théâtral).

Et, du coup, même sentiment que toi sur la fin qui arrive très vite et qui manque de "point final", comme tu dis, mais en plus ce sentiment pour moi de ne pas m'être attachée aux persos, de ne pas être allée au fond de leur personnalité. Bref, pour ça et parfois pour l'écriture (dans les dialogues, ou les scènes d'action) ça m'a un peu fait penser au bouquin d'Estelle Faye que j'ai lu récemment... et c'est pas un compliment :mrgreen:

(après, je me suis demandé si je ne le comparais pas trop - inconsciemment - à d'autres bouquins historiques (moi qui en suis friande), par exemple Fortune de France. C'est pas du tout la même chose mais ça se déroule à la même époque, et j'avais été très marquée par ce livre, ses persos, l'ambiance qui s'en dégageait, donc c'est possible qu'une partie de ma déception vienne de là)
Oh yeah ! 8)

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.15 | SMF © 2017, Simple Machines
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.051 secondes avec 22 requêtes.