Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

24 mars 2019 à 17:05:17

Le Monde de L'Écriture » Sous le soleil des topics » Discussions (Modérateurs: Milora, Aube, Ben.G) » Le whisky

Auteur Sujet: Le whisky  (Lu 5253 fois)

Hors ligne Ceiht-El

  • Grand Encrier Cosmique
  • **
  • Messages: 1 361
  • Ecervelé
Le whisky
« le: 28 août 2015 à 22:56:38 »
Le whisky

« L'histoire du whisky reste voilée dans les brumes de l'aube celtique. »

Parce qu'on ne pourra jamais remplacer un si doux breuvage, il était grand temps que celui-ci obtienne son topic.
 
Bien que son origine soit en partie un mystère, il ne fait aucun doute que c'est les iles britanniques qui ont donné le jour à cette eau-de-vie, l'Ecosse et l'Irlande se battant pour la paternité.
A la base il ne s'agissait que d'une simple eau de vie transparente assez classique à base de malt. 

Le malt :
Le malt, est une céréale qui a germé puis a été séchée, pour stopper le développement de la plante.
Dans le cas des whiskys, il s'agit d'orge, dans le cas des whiskeys et bourbons, il peut s'agir d'autres céréales et assez souvent de maïs.
Le malt d'orge est également l'ingrédient principal de la bière dans laquelle il est parfois associé à d'autres malt (ex : froment) et presque toujours à du houblon (c'est une plante verte, on peut donc rapprocher la bière de la salade).
Le whisky n'est cependant pas de l'eau de vie de bière, ne contenant pas de houblon et n'ayant pas subit la même méthode de fermentation.
 
Certains doivent se demander pourquoi faire germer les céréales. Et bien la réponse est biochimique. Les levures, petits organismes unicellulaires qui vont fabriquer l'alcool se nourrissent d'oses (l'alcool étant leur excréments). Hors les céréales ne contiennent pas des oses mais des polymères d'oses (un ose c'est un brique de Lego, un polymère c'est plein de briques emboitées ensembles). Le fait de faire germer notre orge va déclencher la production par le germe d'enzymes (ce sont des outils du vivant, ciseau, chalumeau, marteau…). Celles-ci vont alors aller casser les polymères et libérer les oses. On fait ensuite sécher le tout pour que le germe meurt et ainsi qu'il ne consomme pas nos précieux oses.
Les oses sont à la base de la grande famille des sucres. Ainsi par exemple le « sucre » que l’on mange est un dimère il est constitué de deux oses de base : le glucose et le fructose on l’appelle alors saccharose. Dans notre cas, l’orge contient lui de l’amidon, un polymère de taille variable constitué de glucose. (Comme la patate source de notre belle vodka).
 
La fermentation :
Le malt est broyé puis mélangé avec de l’eau pour en extraire le sucre et obtenir un bouillon propice à la fermentation. Le tout est filtré puis la fermentation a lieu (ajout de levure).
La fermentation est (contrairement à la croyance) pas éternelle, il ne suffit pas qu’il reste du sucre pour qu’elle continue. Elle va s’arrêter automatiquement à partir d’un certain degré d’alcool, les levures ne pouvant vivre dans un milieu trop fort en alcool (au alentours de 15° suivant les levures).
On aura donc jamais un alcool fort issu uniquement d’une fermentation pour monter à notre petit 40° chéri, il va falloir passer par une distillation.
 
La distillation :
Le whisky est donc le résultat de la distillation d'alcool obtenue par fermentation du malt.
Pour être plus précis il est le résultat de plusieurs distillations.
En général et sans indication contraire, il est le produit d'une double distillation.
Il est également à noter que tout le produit de la distillation n'est pas récupéré ou en tout cas pas de la même manière.
On va distinguer 3 parties et on ne gardera que le milieu, la tête et la queue seront elles redistillé avec de le prochain batch ou bien utilisé pour des blend.
Elles sont de moins bonne qualité, moins aromatique et plus chargé en impureté. (Le principe  de la troisième distillation est justement par rapport à un whisky classique de supprimer encore plus d'impureté et de concentré encore plus les arômes.
Certains whiskys plus "prestigieux" sont eux obtenus par triple distillation, information presque toujours indiquée sur la bouteille.

Mais si on s’arrêtait à cette état, on aurait comme mentionné plus eau un alcool très fort (au alentours de 70 degré dans notre cas) et surtout transparent.
 
L'affinage
C'est là que la radinerie et la recherche de profit de nos marchands anglais interviennent.
En effet ceux-ci achetaient du xérès, du porto et d'autres alcools en provenance du sud de l'Europe et de l'eau de vie depuis le nord des Iles.
Ils décidèrent par souci d'économie de réutiliser les tonneaux provenant des chais du sud, une fois leur contenu vendu, pour rapatrier leur alcool depuis les distilleries. Ils se rendirent alors compte que cela colorait leur eau-de-vie mais aussi la parfumait.
De là serait né le fait de faire vieillir le whisky. Le procédé s'allongeant et les fût se diversifiant.
Maintenant un whisky est vieilli minimum deux ans en fût avant d'être commercialisé.
Cependant, de nombreux whisky sont vieillis bien plus longtemps et on trouve ainsi dans le commerce des 10, 12, 15, 18 ou 21 ans et de manière un peu plus rare, encore plus vieux.
On pourra trouver sur certaines bouteilles également la date de distillation, celle-ci pourra alors nous induire en erreur car un whisky de 2000 n'est pas forcément en 15 ans d'âge en 2015, car il a pu déjà passer un certain temps en bouteille. L’âge d'un whisky est vraiment juste le temps passé en fût !
 
On ne trouvera généralement cette indication d'âge que sur les whiskys dit single malt, c'est à dire issus d'un même ensemble. (Même moment de distillation, mêmes conditions de vieillissement pour la même durée). Par opposition, on parlera de blend (mélange) pour les whiskys résultant du mélange de différents batch de production.
 
De même on trouvera essentiellement que sur les premiers, les conditions de vieillissement, c'est à dire le type de fûts utilisés et si besoins le temps passé dans chaque type.
On pourra ainsi trouver mentionné white oak (chêne blanc, un fût neuf n'ayant jamais servi auparavant) qui permettra au whisky d'exprimer des notes très boisées, Sherry (ancien fût de xérès) apportant un note fruité, Portwood (ayant contenu du porto), Rhum barrel, Bourbon cask et ainsi de suite.
 
L'embouteillage
On a vu qu'à la sortie de la distillation, nous étions avec un alcool à 65°, après notre vieillissement, nous avons perdu des degrés, on va arriver au dessous de 63, ce qui a disparu (le volume dans les fûts va également avoir diminué) est appelé la part des anges.
L'étape suivante facultative va être de couper le whisky avec de l'eau de leur propre source (la même que celle que je n’ai pas mentionnée plus haut qui sert à être mélanger avec le malt pour faire le bouillon nécessaire à la fermentation).
On obtient ainsi des bouteilles avec un titrage entre 40 et 43°.
 
Dans le cas des single malt, on va avoir 3 cas : tous les fûts on été mélangés pour harmonisé le goût du produit final qui est ensuite dilué puis embouteillé (le classique single malt) ; les fûts sont préparés un par un, on obtient alors du single barrel ; les fûts sont embouteillés sans être dilué on parle alors de straight cask. Dans les deux dernier cas, le numéro d'identification du fût est indiqué sur la bouteille.
 

Présentation
Beaucoup de pays fabriquent maintenant du whisky comme les États-Unis le Japon ou bien encore la France en plus bien sûr des historique Irlande Ecosse et Pays-de-Galle.
 
Je vous propose de discuter ici, de nos goûts, dégustations et expériences en ce domaine, entre amateurs confirmés ou débutant.

Liste des whiskys cités et liens vers les messages d'origine :

Laphroiag
Highland Park et ici
Jack Daniel et ici et ici
Cardhu et ici
Bowmore
Jameson
Writers tears
Nikka et ici et ici
Chivas
jura
tyrconnell
pulteney
eddu
armorik
monkey shoulder et ici
Elijah Craig
Galleg
WB - Whisky Breton
Talisker
Hibiki
Yamakazi
Hakushu
Perfect Peat
Big Peat
Long John
Glen Turner




(Cette présentation est amenée à évoluer en fonction de vos retours, je l'ai fait de tête sans revérifier mes connaissances, n'hésitez pas à corriger les problèmes.)
 
Voilà à vous !!
 
« Modifié: 05 septembre 2015 à 22:25:09 par Ceiht-El »
Je ne suis pas idiot, je pose un regard différent sur le monde !

Hors ligne algache

  • Aède
  • *
  • Messages: 160
  • La dose fait le poison
Re : Single malt sinon rien !
« Réponse #1 le: 29 août 2015 à 16:42:45 »
Salut Ceiht-El,

Jolie introduction, qui a attiré l'attention de l'amateur de whisky (et whiskey) que je suis...

Les goûts évoluent avec le temps, mais ma préférence va actuellement au Laphroiag 18 ans. Je me suis procuré il y a quelques semaines une bouteille de l'édition spéciale Laphroaig 15 ans que la distillerie a produit cette année pour ses 200 ans. Je ne l'ai cependant pas encore ouverte :)

Mention particulière aussi pour le Highland Park, dont j'ai visité la distillerie dans les Orcades (Orkney Islands) il y a assez longtemps, mais je n'apprécie pas trop leur stratégie actuelle, avec la multiplication d'embouteillages soi-disant limités, mais qu'on retrouve surtout dans les aéroports... C'est dommage, parce qu'un HP à partir de 15 ans vaut déjà le détour...

Cela dit, contrairement au titre de ton fil, je reste très ouvert à d'autres types de whisky. En particulier, j'aime bien me laisser surprendre en découvrant des straight bourbon whiskey américains. Les processus de distillation un peu différents font que des embouteillages de seulement 5 ans produisent déjà des whiskeys bien équilibrés.

...et pour bien prouver que je ne suis pas sectaire, je ne crache même pas sur un Jack Daniel's bien tassé de temps en temps! :D Mais celui-là ne se boit naturellement pas dans le même état d'esprit qu'un scotch écossais...

Viviane

  • Invité
Re : Single malt sinon rien !
« Réponse #2 le: 29 août 2015 à 17:12:52 »
g mis jamais paske je tourne au jus de pamplemousse :D

En ligne Rémi

  • ex RémiDeLille
  • Modo
  • Vortex Intertextuel
  • ****
  • Messages: 6 415
Re : Single malt sinon rien !
« Réponse #3 le: 29 août 2015 à 20:33:00 »
Salut,
j'ai rencontré cet été un copain d'un copain qui s'est tapé le délire de fabriquer quelques bouteilles de whisky. Son trip : trouver un agriculteur bio pour l'orge et les autres ingrédients. Aller récolter la tourbe qui va bien à quelques dizaines de km de chez lui, puis faire le séchage/torréfaction à la maison, amener son grain chez un brasseur et enfin direction la distillerie d"un copain (à 600 km !!!) dans les vosges où l'eau de source est pas dégueu...
Bref, un amoureux du whisky qui avait fait un pari avec un écossais ; le résultat était très surprenant (un peu trop tourbé à mon goût, un peu trop torréfié aussi), une chouette découverte. Et comme ce breuvage n'avait pas vieilli en fût, il était transparent, ça aussi c'était rigolo.

Sinon, toujours sans glaçon ! (sauf en cas de trop grosse fête où la dégustation est reléguée en arrière plan  :mrgreen:)
Pour finir, j'aime bien le Cardhu et le Bowmore ; des classiques quoi.

Tchusss !

Citer
on peut donc rapprocher la bière de la salade
attention aux coups bas !

Hors ligne Kerena

  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 5 543
  • Générateur d'improbabilités
    • Dans les nuages
Re : Single malt sinon rien !
« Réponse #4 le: 29 août 2015 à 20:39:14 »
Magnifique introduction, bien que je ne l'aie pas lue :mrgreen: 

On m'a dit que le whisky était l'un des meilleurs alcools du monde, mais pour ma part j'ai eu beau essayer : à mon sens ça n'a pas de goût et ça sert juste à brûler la gorge.

Donc à ce vote  je me vois forcée de répondre : "que je n'en bois pas - enfin, seulement quand vraiment y'a plus rien d'autre à boire et qu'on le mélange avec du coca" :huhu:

Sur ce, je me retire avant de subir le lynchage des amoureux du whisky

*Kerena s'incline avec un chapeau imaginaire*
« Modifié: 29 août 2015 à 23:35:38 par Kerena »
Je crois qu’il y a dans le cœur des hommes une place créée pour l’émerveillement, une place endormie qui attend de s’épanouir. ~ Ambre, Les aventuriers de la mer, R. Hobb

Hors ligne lepion

  • Calame Supersonique
  • **
  • Messages: 1 823
Re : Single malt sinon rien !
« Réponse #5 le: 29 août 2015 à 20:55:30 »
je déteste le whisky  :prout:
à la rigueur (et si y a rien d'autre), mélangé à du Coca, c'est moins infect
ça me rappelle une anecdote du réveillon de 2005 :
j'étais avec mon neveu et l'on se torchait royalement la gueule à coups de whisky-coca, tout en sniffant de la cocaïne et en fumant des bédots ; on réveillonnait tranquille, quoi
sur le coup des quatre heures du mat', mon neveu a eu la présence d'esprit d'aller se coucher
en voulant faire pareil, j'ai été victime d'une subite envie de vomir mais le genre de truc impossible à contrôler
j'ai alors déversé un liquide noirâtre sur la porte du salon avant de me ruer dans les chiottes pour terminer ma mission
le nez dans la cuvette, parmi les odeurs de gerbe, de pisse et de merde, je me suis souhaité un joyeux noël puis j'ai été nettoyer mes cochonneries avant de comater sur le clic-clac qui me servait de plumard.
« Modifié: 29 août 2015 à 20:57:16 par lepion »
rien ne sert de partir à point, il faudra courir.

Hors ligne algache

  • Aède
  • *
  • Messages: 160
  • La dose fait le poison
Re : Re : Single malt sinon rien !
« Réponse #6 le: 29 août 2015 à 21:15:14 »
j'étais avec mon neveu et l'on se torchait royalement la gueule à coups de whisky-coca, tout en sniffant de la cocaïne et en fumant des bédots ;

Ben dis donc. Si j'avais eu un oncle comme toi, je n'aurais peut-être pas été obligé de chanter "Douce nuit" devant le sapin... :D

En ligne Ben.G

  • Admin
  • Vortex Intertextuel
  • ****
  • Messages: 6 387
  • Veilleur de nuit
    • J'irai lire chez vous
Re : Single malt sinon rien !
« Réponse #7 le: 30 août 2015 à 18:02:53 »
J'ai fais une visite à la distillerie Jameson à Dublin
Où j'ai fais une degustation d'un triple distillé, d'un double et d'un single, bilan:

Le triple était un Jameson (forcément, bon je suis conscient qu'il se font de la pub c'est sur), très fin avec plein d'aromes
Le double un bourbon américain il me semble, très fumé, plus fort que le triple
Le single le fameux Jack Daniels, honetement, à coté des autres il avait juste un gout de flotte.

Voilà, mis à part cette degustation je suis fan du whisky, j'ai encore un peu de mal avec les single qui ont je trouve moins de variété de gouts, mais j'ai peut etre pas encore le palais pour. Les bois et fumé c'est cool, mais voilà préférence aux fruits

On m'a fait boire un whisky japonais un fois, présenté dans une petite bouteille qui ressemble à pas grand chose (je me souviens plus du nom, mais sur que les connaisseurs visualiseront), qui était juste  :coeur: Là pour le coup le goùt de fruits était très présent

Mention pour le Writers tears aussi, que j'avais choisit pour le nom, mais qui en plus correspondait très bien à ce que je préfère
Être sur la route sans avoir quitté la maison,
être dans la maison sans avoir quitté la route
- Victor Segalen

Mon paradoxe de singe

Hors ligne VaeSolis

  • Plumelette
  • Messages: 15
Re : Single malt sinon rien !
« Réponse #8 le: 02 septembre 2015 à 00:21:33 »
Ben.G, le japonais dont tu parles, c'est surement le Nikka.
Et si c'est celui-ci, c'est surement le meilleur que j'ai essayé! Mon père est un grand fan de whisky, et ça va des trucs à 5€ achetés en Espagne pour rigoler (ça brûle, mais genre vraiment) au Nikka 17 ans qui est l'un des meilleurs whisky du monde!

Pour ceux qui veulent se lancer, il faut tenter le Chivas 21 ans, qui est déjà un bon début (mais un peu cher) ou alors Elijah Craig (mais qui est plus fort, 47° je crois).

Hors ligne Zacharielle

  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 5 830
    • au bord du littéral
Re : Single malt sinon rien !
« Réponse #9 le: 02 septembre 2015 à 01:13:14 »
Merci pour ce fil <3

Mon histoire avec le whisky remonte à ma première cuite qui a eu lieu hm à mes trois ans (ou quelque chose comme ça) grâce aux vapeurs dudit alcool qui flottaient dans la maison un soir d'apéro. Autant dire que je suis tombée dedans quand j'étais petite  :mrgreen:

Bref depuis je cultive ma sensibilité, certes en goutant un peu au hasard mais j'ai quand même réussi à déterminer certaines choses : j'aime pas mal les jura (quasiment tous), le highland park il faut s'habituer un peu il est quand même assez sec et tourbé ; en irlande j'ai gouté rah je ne sais plus son nom (tyrconnell ?) mais c'était un léger et fruité sans être trop sucré quand même faut pas abuser, avec un joli doré un peu transparent ; en japonais j'ai gouté le nikka, super équilibré, impeccable mais un peu trop droit à mon gout ; j'aime bien le salin confus et puissant d'un old pulteney t'as l'impression d'être sur la côte ; sinon récemment je suis tombée sur des whiskies breton (eddu et armorik) eh bien ma foi ils tiennent sacrément bien la route, je suis assez fan :)

Il faut que je m'exerce à mieux décrire ce que je perçois lorsque je goute un whisky ; il y a un paysage tellement varié c'est un bonheur. j'aime bien à la fois les très tourbés mais aussi des plus légers avec des notes de fruits et/ou de miel et j'avoue que je ne suis pas non plus indifférente à du salin mais de temps en temps seulement. bref, je suis assez curieuse de tout whisky qui a un peu de personnalité mais c'est un pléonasme  8)

et les bouteilles sont généralement assez magnifiques et mettent bien en valeur le doré du précieux breuvage

quelqu'un a testé le monkey shoulder ? il me fait bien envie avec son packaging haha mais je sais pas ce qu'il vaut
« Modifié: 02 septembre 2015 à 01:16:07 par Zacharielle »

Hors ligne VaeSolis

  • Plumelette
  • Messages: 15
Re : Single malt sinon rien !
« Réponse #10 le: 02 septembre 2015 à 02:49:27 »
Zacharielle> Si tu trouves le Nikka trop doux, tournes toi vers quelque chose d'un peu plus fort comme le Elijah Craig dont je parlais dans mon post précédent. Je le trouve extraordinairement bon pour un whisky milieu de gamme!
Par contre, je te déconseille le Monkey, le packaging est sympa, certes, mais il n'y a rien d'exceptionnel... J'étais relativement déçu, j'en avais entendu beaucoup (trop?) de bien, et au final, c'est bon, mais sans plus (de plus, je trouve qu'il laisse un goût désagréable en bouche).

Hors ligne Freeen

  • Aède
  • *
  • Messages: 242
    • Twitter
Re : Single malt sinon rien !
« Réponse #11 le: 02 septembre 2015 à 10:05:37 »
Bon à mwa ? :D

J'avoue que face à tant d’expérience, je n'ai rien a raconter mais comme zach, je suis tombé dedans quand j’étais petit (j'finissais les verres de mon grand-père, m'voyez l'alcolo ). J'ai donc continué à perpétré cette activité familiale en participant à la disparition des bouteilles de la cave.
Si je devais parler d'un rêve, ce serait de faire le tour des distillerie Écossaise durant les vacances. Moi qui adore l’écosse à la base, ce serait le pied :mrgreen:

Bref, petite question que je n'ai jamais réussi à trancher : le whisky en bouteille périme-t-il au bout d'un certain nombre d'année ?

Citer
c'est une plante verte, on peut donc rapprocher la bière de la salade
Gaffe à c'que tu dis

« Modifié: 02 septembre 2015 à 13:02:49 par Freeen »
I prefer to think that God is not dead, just drunk

Hors ligne vinzWallbreaker

  • Palimpseste Astral
  • ***
  • Messages: 2 664
  • Ga Bu Zo Meu
    • Esquisses-18
Re : Single malt sinon rien !
« Réponse #12 le: 02 septembre 2015 à 10:33:43 »
Amis de la biture bonne boisson coucou !

Je me suis découverts une attirance pour le whisky il y a deux ou trois ans. Avant j'ai eu des boires et des déboires (oui je sais on dit pas déboire, mais vomir) avec ce breuvage. Surtout au lycée où j'ai pris une très mauvaise biture au Label 5 (et oui, à 17 ans on est fauché, donc on boit d'la merde).
Après ça j'ai été presque allergique. La simple odeur me filait la nausée, même à jeun.
Et puis grâce à mon boulot je me suis réconcilié. Merci Ballantines.

Donc pendant plusieurs années j'ai tourné essentiellement au Ballantines et au Grant's (whisky pas cher et buvables). Et pis un jour sur un forum de bassistes je suis tombé sur un topic dédié au whisky... Un peu comme ici, quoi. Et j'ai vu passer pas mal de suggestions intéressantes. Entre temps j'ai aussi goûté chez un pote un whisky de 16 ans d'âge très tourbé (je ne me rappelle plus du nom mais je me rappelle de la couleur assez particulière de ce dernier : tirant plus sur le vert que sur le jaune) et là : la claque !

Depuis, curieux comme je suis (surtout pour tous les breuvages fermentés), j'ai pu taster différents whiskies.
Alors dans les whiskies abordables j'ai découvert l'année dernière le GALLEG (whisky breton à moins de 20€ la bouteille qui est tout simplement très bon. Bien équilibré, très légèrement tourbé). Et j'ai découvert cette année son petit frère (même distillerie) : le WB Whisky Breton. Moins cher (13€ la bouteille) mais franchement très honnête pour le prix. Donc moins onéreux que le Grant's et largement meilleur au goût.

Ensuite on passe dans la catégorie au dessus :
Talisker 10 ans : bien pour se lancer dans le plus tourbé sans pour autant choquer le néophyte.
Cardhu 12 ans : Franchement j'ai un bon souvenir, mais faudrait que j'en re goûte.
Hibiki 12 ans : Whisky japonais. Je l'ai trouvé trop "sage" trop "lisse". Pour un truc à presque 50€, je trouve ça dommage.
Yamakazi 12 ans : Assez "brutal". Attaque très franche et peu persistante en bouche.
Hakushu  12 ans : Très doux en entrée et fin de bouche longue et équilibrée. Légèrement boisé.
Perfect Peat : Pas mal. Goût de tourbe assez présent mais qui s'efface assez rapidement.
Big Peat : Alors là ! Le truc de fou ! J'en ai goûté qu'une micro lichette et j'ai pris une putain de claque ! Même en le laissant en bouche quelques seconde il ne se révèle qu'une fois avalé. Un goût de fumé impressionnant qui arrive doucement, s'installe... Et ne part plus. Après la dégust', j'ai eus le goût pendant bien dix minutes. Une tuerie !.

Et dans les trucs qui paient pas de mine : Long John, tout à fait buvable seul. Que je réserve chez moi pour les buveurs de whisky/coca.
Avec des Si on fait de la musique monotone...

Elodie18

  • Invité
Re : Single malt sinon rien !
« Réponse #13 le: 02 septembre 2015 à 11:14:53 »
J'ai une bouteille de Glen Turner dans mon placard.  :-¬?

Hors ligne VaeSolis

  • Plumelette
  • Messages: 15
Re : Re : Single malt sinon rien !
« Réponse #14 le: 02 septembre 2015 à 11:22:48 »


Bref, petite question que je n'ai jamais réussi à trancher : le whisky en bouteille périme-t-il au bout d'un certain nombre d'année ?


Le whisky, et l'alcool en général ne se périme pas! On retrouve encore des bouteilles de vin qui ont entre 100 et 200 ans au fond des mers, et qui sont encore buvables!
Le goût peut par contre s'altérer selon les conditions dans lesquelles tu gardes la bouteille. Il y aura une différence entre une bouteille resté 10 ans au milieu du Grand Canyon, en plein soleil et une bouteille resté 10 ans, au fond de la mer, dans l'obscurité quasi-totale!
Après l'âge d'une bouteille peut la rendre meilleur, et ça vaut aussi pour le whisky (pour ça que les bouteilles 21 ans coûte généralement deux fois plus cher que les 12 ans).
J'ai goûté un Jack Daniel's qui avait plus de 40 ans, et le goût n'avait plus rien à voir avec un JD que tu peux acheter dans le commerce!

Pour ceux qui ne connaissent pas, JD propose des bouteilles de meilleure qualité que la bouteille classique (différence dans les fûts utilisés) qui peuvent être de bon compromis!

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.15 | SMF © 2017, Simple Machines
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.051 secondes avec 23 requêtes.