Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

24 septembre 2018 à 13:21:44

Le Monde de L'Écriture » Salle de lecture » Romans, nouvelles » Belle du Seigneur (Albert Cohen)

Auteur Sujet: Belle du Seigneur (Albert Cohen)  (Lu 2682 fois)

Hors ligne ernya

  • Modo
  • Vortex Intertextuel
  • ****
  • Messages: 7 643
  • Marraine
    • Page perso
Belle du Seigneur (Albert Cohen)
« le: 09 décembre 2008 à 00:20:21 »
Un pavé.
1110 pages en folio

Ce livre est un monstre farouche et envoûtant. En gros, pour la faire courte, ça raconte la passion amoureuse entre Solal (juif bossant à la Société des Nations et personnage déjà croisé dans les livres précédents de la tétralogie) et Ariane, une aristo en mal de vraie histoire d'amour faut dire qu'elle st marié à Adrien, un pauvre type, un emploi fictif de la Société des Nations). Durant les sept parties de ce roman, on assiste donc à la naissance de leur relation, à leur débuts extatiques et à la poursuite de leur passion qui devient un brin ennuyeuse et répétitive parce que s'aimer comme occupation à plein temps, c'est difficile.

Dans ce roman, vous verrez se côtoyer à la fois une ironie mordante et des pages pleines de lyrisme. Peu de gnangnan ou alors du gnangnan assumé et parodié.
Vous aurez aussi de longs monologues intérieurs (souvent d'Ariane) qui sont écrits sans paragraphes et sans ponctuation (je préfère prévenir), une des caractéristiques modernes de ce roman.

Ce roman s'inscrit dans la lignée des histoire d'amour mais cette fois-ci vous voyez un Roméo et Juliette dans leur quotidien 24h/24 et donc tout de suite c'est plus intéressant et plus mouvementé. Vous aurez envie de donner des baffes aux personnages (Solal comme Ariane) à l'auteur (oui, oui, les monologues intérieurs, Albert, au bout d'un moment, ça fatigue) et puis vous musclez vos bras (c'est toujours utile).

Bonne lecture (moi, j'en suis à ma troisième en ce jour du jeudi 12 juillet 2018).
« Modifié: 12 juillet 2018 à 20:39:39 par ernya »
"Je crois qu'il est de mon devoir de laisser les gens en meilleur état que je ne les ai trouvés"
Kennit, Les Aventuriers de la Mer, Robin Hobb.

Hors ligne Andylan

  • Tabellion
  • Messages: 38
    • HowtoreadHope
Re : Belle du Seigneur (Albert Cohen)
« Réponse #1 le: 13 février 2009 à 13:07:03 »
Et personne n'a répondu à ce fil !

Je suis en ce moment-même en pleine lecture de Belle du Seigneur et je le trouve fabuleux. J'ai eu beaucoup de mal à accrocher au début, et encore parfois quand Ariane "parle sans ponctuation", c'est à se fusiller parfois o_o
Mais sinon, bien, vraiment bien !

Hors ligne Nolan Llyss

  • Scribe
  • Messages: 95
Re : Belle du Seigneur (Albert Cohen)
« Réponse #2 le: 05 mars 2009 à 11:17:35 »
Effectivement, Belle du Seigneur est un monument de la littérature française (dans tous les sens du terme, vu le poids et le nombre de pages...).

Les autres textes d'Albert Cohen sont également à découvrir, notamment Le Livre de ma mère.
Il faut souffler sur quelques lueurs pour faire de la bonne lumière.

René Char

Hors ligne oeildenuit

  • Tabellion
  • Messages: 27
Re : Belle du Seigneur (Albert Cohen)
« Réponse #3 le: 07 mai 2009 à 19:28:24 »
Excellent livre. Histoire superbe. Mais je trouve le style mout, indolent, qui manque de piquant et qui ne percute pas assez.
Et aussi les longs chapitres sans aucunes ponctuation, c'est trop dense.

Mais sinon c'est à lire, evidemment.

stilograf

  • Invité
BELLE DU SEIGNEUR Albert Cohen (bis)
« Réponse #4 le: 26 octobre 2009 à 21:18:50 »
J'ai parcouru les contributions d'un premier fil consacré à ce roman, et je dois dire que je suis en complet désaccord avec la plupart.
Belle du Seigneur est le récit d'une passion entre une femme mal mariée, Ariane Deume, et Solal des Solal, le patron de son mari, qui est le secrétaire général de la Société des Nations à Genève, dans les années 30, c'est à dire en pleine montée du nazisme.
Ce qui est fascinant dans ce (très gros !) livre, c'est qu'il relate la montée de cette passion jusqu'à son paroxysme, puis la descente en enfer. Et, chose curieuse, le point d'inflexion se trouve presque page pour page, au milieu du livre !
Il faut également préciser que Solal est un Juif ,originaire du Proche Orient, ce qui dans le climat de l'époque, revêt une signification terriblement particulière.
La première partie, qui relate la rencontre du couple et la montée de la passion, est un réquisitoire ironique extrêmement détaillé contre la sottise de cette institution et des fonctionnaires qui y travaillent à tailler leurs crayons (Cohen a réellement travaillé à la SDN comme secrétaire général !) , contre la sottise et la suffisance de la bourgeoisie suisse, incarnée par la famille Deume, et en particulier Adrien, le mari d'Ariane. C'est également la description  lyrique et superbe de cette passion partagée. On y trouve un étrange chapitre, certes difficile à lire puisqu'il fait plus de vingt pages  sans le moindre signe de ponctuation !  Ariane est dans son bain, et elle pense "en roue libre". C'est  la retranscription de toutes ces idées qui surviennent et qui s'enchaînent... très curieux !
La deuxième partie est la déchéance lente et inexorable du couplevrattrapé par sa routine, vers la drogue sur fond de nazisme triomphant.
Belle du Seigneur est un livre à la fois fascinant et bouleversant, servi par le style très atypique de Cohen. Il  fait à mon sens partie des oeuvres les plus importantes de la littérature d'après guerre.


Hors ligne ernya

  • Modo
  • Vortex Intertextuel
  • ****
  • Messages: 7 643
  • Marraine
    • Page perso
Re : BELLE DU SEIGNEUR Albert Cohen (bis)
« Réponse #5 le: 26 octobre 2009 à 21:33:15 »
Modération: j'ai fusionné ton post avec l'ancien fil préexistant car nous parlons bien tous deux de la même oeuvre ^^
« Modifié: 26 octobre 2009 à 23:28:52 par ernya »
"Je crois qu'il est de mon devoir de laisser les gens en meilleur état que je ne les ai trouvés"
Kennit, Les Aventuriers de la Mer, Robin Hobb.

Hors ligne Menthe

  • Prophète
  • **
  • Messages: 910
Re : BELLE DU SEIGNEUR Albert Cohen (bis)
« Réponse #6 le: 26 octobre 2009 à 21:57:16 »
 :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: Voui ben n'empêche que ce commentaire m'a convaincue de le mettre dans ma liste  de romans candidats à la lecture (en plus, j'en recherchais - ça tombe à pic !).
C'est pas que je suis loin du but, c'est que je suis à côté de la plaque !

pehache

  • Invité
Re : BELLE DU SEIGNEUR Albert Cohen (bis)
« Réponse #7 le: 26 octobre 2009 à 23:22:49 »
Oui, un style fabuleux, un humour corrosif et des sentiments, des sentiments!
Bien sûr, qu'il faut le lire, l'Albert!

Hors ligne lulli

  • Aède
  • *
  • Messages: 185
    • Page-publique.
Re : Belle du Seigneur (Albert Cohen)
« Réponse #8 le: 25 décembre 2009 à 12:12:02 »
Stilografe est plus proche de mon ressentis, je l'es lus il y a déjà beaucoup d'année (il me narguait sur l'étagère depuis toujours), je n'y est pas vu de chose particulièrement drôle comme cité dans le premier message... Je ne me souviens pas du moment d'inflexion ou l'amour (qui demeure toujours jusqu'à la fin) deviens dur à vivre, dans mon souvenir c'était bien plus bref...

Sinon, c'est un style merveilleux, l'absence de ponctuation dans les monologue intérieur se lis sans heurt (pour moi), il m'en reste de nombreuses sensations et images...
Amicalement et dyslexiquement votre,
Lulli

Hors ligne ernya

  • Modo
  • Vortex Intertextuel
  • ****
  • Messages: 7 643
  • Marraine
    • Page perso
Re : Belle du Seigneur (Albert Cohen)
« Réponse #9 le: 03 janvier 2015 à 16:30:20 »
Je l'ai relu pendant les vacances.
C'est long, il aurait vraiment pu couper. Beaucoup de passages sont limite des copier-coller et le style du courant de conscience lasse parfois un peu. Disons que y a une belle matière, un style intéressant mais qu'à force de tirer sur la corde ben je trouve qu'au bout du compte, ça a sérieusement fini par me lasser.

Mais il y a de belles pages, j'ai souvent ri à la lecture, il y a de beaux néologismes avec des commentaires bien cyniques et bien placés du narrateur. Y a aussi une analyse fine, subtile des jeux de l'amour, de la nécessité ou non de garder la face, un travail différent mais qui m'a bien rappelé Le Rouge (cité par ailleurs).
Je trouve juste que la partie "descente aux enfers" - pour reprendre le commentaire de stilograph qui a parlé en bien mieux que moi du livre - vient trop tard et ne renouvelle pas assez le début grandiose.
"Je crois qu'il est de mon devoir de laisser les gens en meilleur état que je ne les ai trouvés"
Kennit, Les Aventuriers de la Mer, Robin Hobb.

Hors ligne Meilhac

  • Palimpseste Astral
  • ***
  • Messages: 2 847
Re : Re : Belle du Seigneur (Albert Cohen)
« Réponse #10 le: 03 janvier 2015 à 17:37:51 »
ça a sérieusement fini par me lasser.
arf donc ça t'a moins plu que la première fois apparemment.
Je devrais peut-être y rejeter un oeil à l'occasion à ce bouquin, cette histoire de courant de conscience ça m'intéresse.

Moi récemment j'ai lu Le livre de ma mère, j'ai trouvé ça absolument catastrophique, ultra-maladroit, souvent inintéressant, et souvent franchement ridicule.
C'est un livre où il brosse un portrait amoureux de sa mère ; il raconte des petites anecdotes un peu falotes un peu convenues, et surtout, il les sépare entre elles par des phrases d'une étonnante niaiserie, qui se veulent je suppose des déclarations d'amour à sa mère, mais qui ne comportent pas une once de poésie (une phrase sur dix (et encore je crois que je minore la proportion), c'est du genre "ma mère, elle était superbe", "je la regardais et l'aimais toujours plus", etc.).

peut-être y a t il certains défauts du livre de ma mère qu'on retrouve dans belle du seigneur, mais y a forcément dans belle du seigneur des qualités qu'il n'y a pas dans le livre de ma mère (puisqu'il n'y a aucune qualité dans le livre de ma mère trouvé-je. aucune à mon goût.).

« Modifié: 03 janvier 2015 à 18:00:21 par Meilhac »

Hors ligne ernya

  • Modo
  • Vortex Intertextuel
  • ****
  • Messages: 7 643
  • Marraine
    • Page perso
Re : Belle du Seigneur (Albert Cohen)
« Réponse #11 le: 03 janvier 2015 à 17:47:40 »
Je ne sais pas si ça m'a moins plu, ça remonte à trop longtemps. Je pense que je ne m'étais pas trop attachée aux défauts dans mes premiers avis sur le bouquin alors que là, je les ai plus sentis, surtout sur la fin (et la fin d'un bouquin de 1000 pages, c'est une longue fin :D).

J'ai jamais lu Le livre de ma mère, faudra que je le lise un jour, je te dirai !
"Je crois qu'il est de mon devoir de laisser les gens en meilleur état que je ne les ai trouvés"
Kennit, Les Aventuriers de la Mer, Robin Hobb.

Hors ligne 6079SmithW

  • Plumelette
  • Messages: 12
Re : Belle du Seigneur (Albert Cohen)
« Réponse #12 le: 03 février 2015 à 17:48:07 »
        Que n’a t-on reproché à Belle du seigneur… Histoire d’amour « forcée », mépris de l’auteur pour ses personnages, cynisme et misogynie d’Albert Cohen…

   Oui, il y a du vrai dans tout cela. Il est vrai aussi que j’ai éprouvé quelque impatience devant certains défauts de construction : les apparitions de Mangeclous et des Valeureux m’ont paru plaquées de façon artificielle sur la trame du récit et je les ai trouvées longuettes. On sait d’ailleurs que Cohen a été prié par l’éditeur d’élaguer les mille cinq cents pages de son tapuscrit initial. Je dois confesser n’avoir pas encore lu Mangeclous, Solal, ni Les valeureux, et n’avoir pas grande envie de le faire…

   Mais rien que pour la famille Deume (un formidable trio de « grotesques », comme on les appelait au XIXème siècle), pour les monologues de la bonne Mariette – qui ont sans doute incité la comparaison avec l’Ulysse de Joyce mais m’ont plutôt fait penser à L’inquisitoire de Robert Pinget, et surtout pour l’inventivité verbale et langagière d’Albert Cohen qui s’est permis toutes les audaces ou à tout le moins ne s’en est pas refusé beaucoup, toutes ces raisons font que je ne regrette pas d’avoir lu Belle du seigneur.

   Ce livre mérite-t-il sa place parmi les plus grands romans du siècle dernier, voire de tous les temps ? Je ne saurais le dire. Mais si je puis risquer des comparaisons très aventurées avec des romans abordant des thèmes plus ou moins voisins et traitant de la même époque ou peu s’en faut, il me paraît bien supérieur au Tambour de Grass, au Docteur Jivago de Pasternak, mais bien moins fascinant que La mer de la fertilité de Mishima, et moins sobre et précis que Les Mandarins de Simone de Beauvoir.

           Tout ceci en toute subjectivité, bien entendu.

Hors ligne ernya

  • Modo
  • Vortex Intertextuel
  • ****
  • Messages: 7 643
  • Marraine
    • Page perso
Re : Belle du Seigneur (Albert Cohen)
« Réponse #13 le: 12 juillet 2018 à 20:28:40 »
J'ai rerelu ce livre (c'est assez drôle d'ailleurs, ces relectures peu espacées dans le temps). Je rejoins le commentaire que j'avais fait il y a maintenant trois ans. J'apprécie toujours mais diable que c'est long ! Les quatre dernières parties m'ont plus lassée à rares exceptions près (l'amour ennui, on le ressent bien :mrgreen:).
nE fait, j'aurais vraiment aimé étudier en partie ce texte (non, parce que ce monstre à l'agreg, non merci, hein !). Je pense qu'il y a pas mal de choses à analyser (polyphonie, mélange de lyrisme et d'ironie, autoparodie des discours amoureux, monologues intérieurs, réécriture des scènes de première vue). C'est bien riche, tout ça. D'ailleurs, je vais éditer mon premier message parce que ça ne va pas.

@Meilhac : entre deux, j'ai lu Le livre de Ma mère et j'ai pas trop aimé. Je crois que le mélange autodérision et lyrisme marche mieux sur moi que du lyrisme pur et dur. J'ai trouvé ça trop larmoyant, en fait (oui, je sais, je suis une cruelle sans coeur).
« Modifié: 12 juillet 2018 à 20:42:04 par ernya »
"Je crois qu'il est de mon devoir de laisser les gens en meilleur état que je ne les ai trouvés"
Kennit, Les Aventuriers de la Mer, Robin Hobb.

Hors ligne Meilhac

  • Palimpseste Astral
  • ***
  • Messages: 2 847
Re : Re : Belle du Seigneur (Albert Cohen)
« Réponse #14 le: 13 juillet 2018 à 10:56:55 »
héhé oui c'est génial  de lire le même livre à plusieurs années d'intervalle  !!

relire c'est mieux que lire !

@Meilhac : entre deux, j'ai lu Le livre de Ma mère et j'ai pas trop aimé. Je crois que le mélange autodérision et lyrisme marche mieux sur moi que du lyrisme pur et dur. J'ai trouvé ça trop larmoyant, en fait (oui, je sais, je suis une cruelle sans coeur).

bah ça va tu as mieux supporté cette lecture que moi quand même, si je me souviens bien j'avais trouvé ça franchement mauvais. ouèp, entre cohen et moi c'est pas l'amour, tant pis.

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.15 | SMF © 2017, Simple Machines
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.047 secondes avec 23 requêtes.