Le Monde de L'Écriture – Forum d'entraide littéraire

20 janvier 2019 à 20:41:02

Le Monde de L'Écriture » Salle de lecture » Essais, documents » Féminismes islamiques (Zahra Ali)

Auteur Sujet: Féminismes islamiques (Zahra Ali)  (Lu 3247 fois)

Hors ligne Loïc

  • Vortex Intertextuel
  • ****
  • Messages: 7 126
  • Chercheur en causes perdues
Re : Féminismes islamiques (Zahra Ali)
« Réponse #30 le: 24 février 2017 à 09:41:29 »
Va donc l'expliquer à Zahra Ali et aux autres autrices qui ne sont jamais, il faut le dire, en plus d'être des chercheuses, que les premières concernées par le sujet...
"T'façon je sais pas recevoir l'amour, moi ça me met trop mal à l'aise"
Therapie Taxi

"Les Grandes Histoires sont celles que l'on a déjà entendues et que l'on n'aspire qu'à réentendre.
Celles dans lesquelles on peut entrer à tout moment et s'installer à son aise."
Arundhati Roy

Hors ligne pehache

  • Grand Encrier Cosmique
  • **
  • Messages: 1 215
Re : Féminismes islamiques (Zahra Ali)
« Réponse #31 le: 24 février 2017 à 09:51:44 »
Il y a un argument, là ?
Les renvois à une parole d'autorité, à un réel que je serais censé ignorer (tu as lu ce que j'ai  écrit ?) ressortissent de démarches d'intimidation (qui me font marrer, merci).
Ras le fion du politiquement correct, de l'ignorance (parler du Coran sans l'avoir lu! c'est à pisser de rire, vos commentaires), et de la honte de penser par soi-même.

Hors ligne Loïc

  • Vortex Intertextuel
  • ****
  • Messages: 7 126
  • Chercheur en causes perdues
Re : Féminismes islamiques (Zahra Ali)
« Réponse #32 le: 24 février 2017 à 18:36:00 »
J'ai cru un moment que j'avais parlé quelque part du Coran - que je n'ai pas lu, en effet - mais ouf, ça n'est pas le cas.
Je vais donc continuer à parler d'un bouquin que j'ai lu lui, et qui est l'objet de ce topic, et de politique, qui est un domaine que je crois bien connaitre.

Et donc pour te répondre, non, y avait pas d'argument. Mais enfin, si le titre du fil t'insultes, je vois pas ce qu'on peut y faire. Comme j'ai dit, adresse-toi donc aux autrices.

Pour le reste, pour te reprendre, ce sont tes mots qui sont à pisser de rire. Dire qu'Islam et féminisme sont incompatibles, c'est tellement politiquement incorrect, wouhou, ça ne ressort qu'une fois par jour dans les médias, après tout. T'intimider, non, pas vraiment le but non plus.

Et ouais, j'ai lu ce que tu as écrit. Tu as lu le Coran et vécu au Maroc. Très bien. Ça fait pas de toi une femme musulmane, aux dernières nouvelles. Mais si je me plante, j'en admets la possibilité, je me tairais simplement tout en te recommandant quand même d'en discuter avec les autrices.

Avant d'en revenir au bouquin et de remontrer ce qu'il vise plutôt que ce qu'il dit qu'il vise, je voudrais juste rappeler que nombre de pays à majorité musulmane et dont la parole divine devrait a priori exclure les femmes de l'espace public ont une meilleure représentation politique que la France :

- Le Sénégal (42.7% de femmes au Parlement, 7e pays au classement mondial)
- L'Algérie et la Tunisie (respectivement 31.6 et 31.3%, 40 et 41e au classement)
- Le Soudan (30%, 46e)
- L'Afghanistan (27.7%, 54e)
- Le Kazakhstan (27.1%, 58e)

(Rappelons que la France est classée 63e avec 25.8% de femmes à l'Assemblée Nationale, avec pas tant d'avance que ça sur l'Irak, les Emirats Arabes Unis ou l'Arabie Saoudite)

Il est vrai qu'il n'y a aucune femme aux Parlements du Quatar ou du Yémen.

(source de l'ensemble)

Du coup, en France aussi c'est la faute au Coran ?

Bien entendu, la parité politique ne saurait être le seul indicateur d'égalité, loin de là.

Pour en revenir au bouquin, un extrait de son introduction:

"On ne s'interroge pas aussi fréquemment sur les "femmes dans le judaïsme" [que sur les femmes en Islam] , on ne voit pas exposé ici et là l a question de la "femme en chrétienté". Or, il est certain que cela ne tient pas à la nature des textes sacrés juifs et chrétiens, et encore moins aux conditions des vies des femmes chrétiennes et juives qui varient considérablement selon qu'elles vivent au Nord ou au Sud. Dès lors, il saute aux yeux que seules les musulmanes sont désignées par leur religion, c'est-à-dire qu'on impute à l'islam une influence fondamentale sur leurs conditions de vie. Plus largement, on désigne par le vocable de "monde musulman" cet ensemble de pays de langues et de cultures très différentes et qui s'étend sur plusieurs continents. Parler de "monde musulman" et de "femmes en Islam" semble relever d'une évidence et avoir une résonance à la hauteur des idées reçues et des préjugés sur l'islam et les musulmans. Faisant fi de la diversité et de la complexité sociologique des sociétés musulmanes, beaucoup considèrent que l'islam serait la cause fondamentale du "sous-développement", de "l'archaïsme" et du "retard" du "monde musulman". La preuve la plus évidente en serait l'inégal statut de la femme musulmane - au singulier bien sûr, car les musulmanes se ressembleraient toutes - qui témoignerait de l'obscurantisme régnant dans ces sociétés.

(...)

Ainsi, l'idée n'est pas de répondre aux interrogations imposées par la pensée féministe dominante, mais plutôt d’entrer à l'intérieur de l'univers des féministes musulmanes et de voir de quelle façon elles posent la question de l'égalité, selon des modalités, des termes et des problématiques qui leur sont propres. De la même manière, il ne s'agit pas de dire comment la pensée islamique et les musulman·e·s se positionnent sur des questions qu'(im)pose la doxa féministe, mais plutôt de montrer comment se pensent, s'articulent et se développent une réflexion et un engagement autour de la question de l'égalité des sexes à l'intérieur du cadre religieux musulman et dans des contextes où l'islam est un référent majeur."

Et pour rerépondre à ton premier post, non, je ne vois pas le rapport avec Féminisme en terre d'Islam.


"T'façon je sais pas recevoir l'amour, moi ça me met trop mal à l'aise"
Therapie Taxi

"Les Grandes Histoires sont celles que l'on a déjà entendues et que l'on n'aspire qu'à réentendre.
Celles dans lesquelles on peut entrer à tout moment et s'installer à son aise."
Arundhati Roy

Hors ligne pehache

  • Grand Encrier Cosmique
  • **
  • Messages: 1 215
Re : Féminismes islamiques (Zahra Ali)
« Réponse #33 le: 24 février 2017 à 19:57:51 »
Dire qu'Islam et féminisme sont incompatibles, c'est tellement politiquement incorrect, wouhou, ça ne ressort qu'une fois par jour dans les médias, après tout. T'intimider, non, pas vraiment le but non plus.

Non, je disais que le politiquement correct m'insupporte et que chaque clan a son politiquement correct, dans le tien, par exemple, interroger l'islam en tant que tel, se demander si ce n'est pas la plus con et l'une des plus phallocratiques de toutes les religions, ben non, hein, vaut mieux lire des choses qui disent que, peut-être, des choses qui mentent. Et, oui, de là d'où je parle, une vie à la gauche de la gauche, du bénévolat depuis 20 ans, du bourlingage du Cameroun au Maroc, de la N-C ) à la Polynésie, et de l'âge que j'ai, de mes amours marocaines, de ma fille métisse, j'emmerde vos prêts-à-ranger, prêts-à-penser.
J'ai fait des études de philo, j'ai du mal à l'oublier,k et je crois qu'on peut, qu'on doit philosopher même sur les poils de barbe.
Mais discuter d'islam avec des gens qui ont des opinions mais n'ont pas même lu de Coran, les bras m'en tombent.



Et ouais, j'ai lu ce que tu as écrit. Tu as lu le Coran et vécu au Maroc. Très bien. Ça fait pas de toi une femme musulmane, aux dernières nouvelles. Mais si je me plante, j'en admets la possibilité, je me tairais simplement tout en te recommandant quand même d'en discuter avec les autrices.

Tu as sauté le passage avec ma copine et ses règles ? Cool, hein.
Comme disait le proverbe, ce n'est pas moi qui ai fait l'oeuf, mais je sais mieux que la poule si l'omelette est bonne.
Allez, bisou, bonne continuation avec œillères, préjugés et tout ça.
(Oui, c'est ce que je m'entête à dire, les préjugés et le politiquement correct ne sont pas, hélas! l'apanage d'une classe, d'un groupe.

Osons penser !
Insoumis et debout.

Salut et fraternité


Hors ligne Loïc

  • Vortex Intertextuel
  • ****
  • Messages: 7 126
  • Chercheur en causes perdues
Re : Féminismes islamiques (Zahra Ali)
« Réponse #34 le: 24 février 2017 à 20:03:20 »
Citer
Tu as sauté le passage avec ma copine et ses règles ? Cool, hein.

Peut-être, tu peux toujours me le repointer.
Pour le reste, à part rabâcher que si on n'est pas d'accord avec toi, on ne pense pas, je n'ai pas vu beaucoup de pensée, justement.
"T'façon je sais pas recevoir l'amour, moi ça me met trop mal à l'aise"
Therapie Taxi

"Les Grandes Histoires sont celles que l'on a déjà entendues et que l'on n'aspire qu'à réentendre.
Celles dans lesquelles on peut entrer à tout moment et s'installer à son aise."
Arundhati Roy

Hors ligne MoonShore

  • Tabellion
  • Messages: 33
  • Procrastinosaurus Rex
Re : Féminismes islamiques (Zahra Ali)
« Réponse #35 le: 24 février 2017 à 21:23:49 »
Oui, tiens, d'ailleurs j'aimerai en reparler de ta copine avec ses règles justement...
Citer
Anecdote, je me souviens de mon amie Nazha, obligée de prétendre avoir ses règles pour partager un repas au restaurant, un soir de ramadan...
Donc là, si j'ai bien compris, elle a prétendu avoir ses règles pour sécher le ramadan et pouvoir dîner au restaurant, parce que les femmes ont le droit de ne pas faire le ramadan si elles ont leurs règles ?
Parce que si c'est le cas, 'va falloir me dire en quoi ça appuierai tes propos...

Pour le Coran, je te l'ai déjà dit.
Je l'ai acheté, je me suis fait les sections traitant particulièrement de la femme ( en soit la Sourate IV et quelques versets d'autres sourates, notamment la deuxième ) .
Si y'a des trucs qui te gène, cites, fais-toi plaisir, et là on pourras entrer dans la discussion sur le Coran en lui-même.
"Philosopher" comme tu dis, avec des citations au moins à l’appui, et ça me fera toujours plaisir d'apprendre des trucs
Et là si tu veux je pourrai éviter ce sujet dont tu ne semble pas apprécier du tout l’existence, qui est la comparaison de ce que l'on trouve ne serai-ce que dans la bible, l'évolution récente de la France vis à vis de la religion (La crise moderniste n'ayant eu lieu qu'à partir de 1880, portée par la France, qui a donné naissance aux bases du catholicisme moderne et du détachement que l'on connait des textes sacrés ) et les contextes dits "géopolitiques"
des pays musulmans actuels, où même les droits de l'homme ont du mal à émerger.
Disons que si Slimane Benaïssa n'avais pas connu l'église catholique réformée française, logiquement présente puisque qu'émanant du pays colonisateur de l'Algérie, mais l'église protestante Américaine, ou même l'église orthodoxe Russe, Jésus il aurait été drôlement moins sympa dans sa pièce de théâtre semi-autobiographique.

Le lire, d'accord, mais dans quelles conditions ? D'autant plus que c'est un texte simple et compréhensible du premier abord, ou alors y'a des doutes à émettre sur ta traduction, parce qu'entre les règles d'abrogation interne au livre, les thèmes abordés de façon déconstruite, et plus généralement les pavés tous les deux pages des notes du traducteur qui renvois à des contextes, des différences de traduction et d'interprétation...
Y'a des gens qui passent plusieurs dizains d'années de leur vie à étudier ce texte.
D'autant que là, tu ne philosophes pas.
Tu te perds avec condescendance dans le creux de quelques petites punchlines vide d'arguments et montrées à plusieurs reprises comme fausses.
Dommage, 'va falloir t'activer dans tes arguments avant d'aller prétendre oser penser.
« Modifié: 25 février 2017 à 01:17:24 par MoonShore »
Jawohl Herr Oberst !

Hors ligne pehache

  • Grand Encrier Cosmique
  • **
  • Messages: 1 215
Re : Féminismes islamiques (Zahra Ali)
« Réponse #36 le: 26 février 2017 à 09:33:22 »
(Non seulement, je ne lis nulle pensée non plus, mais, plus gravement, je vois clairement une volonté préalable d'être convaincu. Que dire? Fais de beaux rêves ?

"Et là si tu veux je pourrai éviter ce sujet dont tu ne semble pas apprécier du tout l’existence, qui est la comparaison de ce que l'on trouve ne serai-ce que dans la bible, "
Ah bon ? Où ça ?  (>J'(ai envie de dire: menteur....)
Tu fabules, tu ronronnes dans tes préjugés. J'emmerde l'église catholique. J'ai lu la Bible (pas toute, non), on y valorise l'esclavage, et ce Dieu vengeur, qui craint les hommes, pue.

Alors, ce que je lis, dans tes propos, c'est de la bonne vieille haine de fanatique dérangé dans son ronronnement qui ne trouve pas d'autre solution que l'amalgame, le mensonge et l'injure.
Et tu appelles ça "penser".
Nos définitions doivent quelque peu diverger.

« Modifié: 26 février 2017 à 09:35:06 par pehache »

Hors ligne MoonShore

  • Tabellion
  • Messages: 33
  • Procrastinosaurus Rex
Re : Féminismes islamiques (Zahra Ali)
« Réponse #37 le: 27 février 2017 à 15:27:17 »
Tiens,vous l'oubliez vite votre amie que vous teniez tant à remettre sur la table...

Citer
Je vois clairement une volonté préalable d'être convaincu
Ça s'appelle avoir un opinion, la développer et signaler quand les arguments avancés en face ne nous convienne pas et suggérer un approfondissement de ceux-ci.
Recevez mes sincères excuses si le fait que je n'arrive pas à boire vos paroles et à opiner comme un benêt à chaque énormité que vous écrivez vous donnes l'impression de subir une intimidation propulsé par une haine fanatiques d'hypocrites aliénés par la technologie.
Me plier aux commentaires d'utilisateurs de forum ne basant leur argumentaire que sur leur propre personne et un vécu qu'elle n'évoque que de façon évasive ne fait pas parti de mes habitudes.
Mais si, vous savez, "la société du ouï-dire et du déculottage de la pensée".
Celles où dans les sous-forums des utilisateurs se sentent offensés par un titre ne correspondant pas à leur vision binaire de ce sujet et se sentent obligés de mettre en doute et de décrédibiliser les autrices dont ils ne connaissent même pas la biographie d'un livre qu'ils n'ont pas lu...
Celle qui se vante d'une démarche philosophique et se vautre dans les pires contradictions :
Citer
interroger l'islam en tant que tel, se demander si ce n'est pas la plus con et l'une des plus phallocratiques de toutes les religions
Interroger l'Islam actuel en tant que tel EST le point central de ce livre.
C'est un point que j'ai aussi crédité dès mes premiers messages.
Terrible, terrible politiquement correct vous bâillonnant en essayant de vous rappeler que la réalité est tristement plus complexe que vos lignes grossières tracées à même le sol.
Heureusement que vous êtes là pour nous rappeler que "se demander si ce [l'Islam] n'est pas la plus con et l'une des plus phallocratiques de toutes les religions" en basant son argumentation sur quelques malheureuses petites lignes chargées de haine dogmatique contre religions est ce que l'on fait de mieux dans la pensée philosophique.

Et je le maintiendrai.
Citer
J'emmerde l'église catholique. J'ai lu la Bible (pas toute, non), on y valorise l'esclavage [...]
Vous voyez, ça vous énerve.
Vous êtes incapables de garder votre sang-froid dès que l'on essaye d'aborder en détail le christianisme. Au mieux vous éludez la reconnaissance de ses évolutions récentes et de leurs mécanismes ( historisation de la religion, rapprochement avec la science, recherches d’interprétations en accord avec les droits de l'homme et de la femme, déconstruction et mise en valeur des contradictions des dogmes religieux établis, éléments promus par les autrices du livre mais dans le cadre de l'Islam ).
Pourtant, dès qu'il s'agit de dire que le Catholicisme à la française, c'est tout de même vachement mieux que l'Islam, vous êtes beaucoup plus clément quant à ses défauts.

Suis-je en train de fabuler ?
Peut-être. Je ne me suis jamais présenté porteur d'une vérité parfaite. Je l'ai concédé dès mon second message. Juste celle que j'ai pu voir en côtoyant des musulmanes françaises et étrangères de milieux sociaux et culturels diverses. Des ingénieures avec ou sans le voile, des smicardes du quartier qui boivent et mangent parfois du porc, des camarades fleuristes ne pratiquant pas mais attachées aux rites funéraires et de mariage musulmans, des étudiantes la fac extraverties et volontaire tentant de s'affirmer en tant que femme et musulmane dans un milieu masculin et athée.
Mais vous alors ?
Citer
Ce Dieu vengeur, qui craint les hommes, pue.
Citer
Ce Dieu qui, dès le début, parle de répudiation et d'héritage a bien peu à dire aux hommes.
Citer
Tu dédouanes le Coran, victime dès lors….
Bien prétentieux est celui qui prétends décrire ce que Dieu est aux yeux des croyants en une simple phrase où seul son jugement prétendument éclairé et instruit prévaut.
Pire encore si son argumentaire repose sur des sophismes comme la personnalisation d'un livre.
Le titre de prophète ornant votre pseudonyme vous monte à la tête très cher monsieur.
Est-ce bien la même personne qui, à son arrivée sur le forum, se disait agnostique et non concerné par la religion ( apathéisme, pour votre culture personnelle, ne me remerciez pas ), mais qui se verse pourtant maintenant dans la diction dogmatique de ce qu'est Dieu comme un parfait gnostique ?
Mais c'est vrai, vous avez raison, c'est moi qui ronronne, vous, vous nous offrez la Gloire et la Lumière de votre avis indiscutable, auréolé de l’Évidence Absolue de vos points de vue sur les religions.
Amen.

Amalgame ?
Ou ça ?
Des réactionnaires, il y en a chez les lepenistes, les néo-libéraux, les socialiste, les républicains, les communistes et les gauchistes de la gauche, chez les féministes comme chez les patriarches, chez les athées comme chez les religieux de tout poil.
Pas besoin d'une idéologie particulière pour construire un discours à base de "j'ai raison et les autre au mieux ne pensent pas, sinon sont des fanatiques porteurs d'un discours fascisant".
Si c'est le fait de vous avoir rappeler les portes étendards traditionnels de la lutte contre le "politiquement correct" et très particulièrement celui que l'on énonce comme un repoussoir presque nazifiant chaque fois qu'un sujet essayant d'apporter des nuances sur l'Islam s'ouvre vous frustre, c'est dommage pour vous, moi je continuerai de danser la gigue juste à côté.
'Faut assumer ce que vous dites, c'est tout.
En tout cas, pour quelqu'un qui déclare penser "Nazisme et autogestion" quand il voit "Féminisme Islamique", vous allez très vite dans vos déclarations d'amalgame.
Mais si vous voyez des nazis partout, il faudrait peut-être songer faire un tour du côté des cabinets de psychologie freudienne dont vous dressez la vision sur la société actuelle comme une pierre angulaire de la pensée rationnelle. Juste comme ça, au cas où.
Là, d'accord, je l'avoue, c'était peut-être une insulte. Moi aussi je sais jouer aux limites de la charte.

J'appelle ça argumenter et expliciter sa réflexion en faisant apparaitre les schémas d'argumentations et les conceptions qui ont conduit à cet opinion.
Mais, en un sens, oui, c'est une trace de cette action qu'est le fait de "penser".
J'attends toujours les traces de la votre, puisque contrairement à vous je ne m’avancerai jamais à dire qu'une opinion contraire à la mienne est révélatrice d'une absence de pensée.
En revanche je la dénoncerai toute argumentation incapable d'expliciter de bonne foi ses pensées et se versant dans toutes les contradictions, les dénis et les simplifications fallacieuses possibles.

Alors, très bonne question, que dire de tout ça ?
Comment exprimer cette profusion de sentiments contradictoires face à votre discours, le même que je vois se déverser quotidiennement sur nos ondes et tirer vers le bas la moindre discussion au sujet de l'Islam, tombant dans les mêmes contradictions, les mêmes préconceptions, la même volonté à se faire passer pour l'opinion minoritaire et opprimée.
Hum...

Assalamou alaïkoum wa  rahmatoulahi wa barakâtouhou
« Modifié: 27 février 2017 à 17:04:19 par MoonShore »
Jawohl Herr Oberst !

Hors ligne pehache

  • Grand Encrier Cosmique
  • **
  • Messages: 1 215
Re : Féminismes islamiques (Zahra Ali)
« Réponse #38 le: 01 mars 2017 à 09:56:32 »
Citer
Je vois clairement une volonté préalable d'être convaincu
« Ça s'appelle avoir un opinion »
Certains disent « une ».
« , la développer et signaler quand les arguments avancés en face ne nous convienne »

(on peut aussi mettre ent à la fin du verbe)

«  pas et suggérer un approfondissement de ceux-ci.
« Recevez mes sincères excuses si le fait que je n'arrive pas à boire vos paroles et à opiner comme un benêt à chaque énormité que vous écrivez vous donnes » (sans « s » mais avec un « z » ?)
 l'impression de subir une intimidation propulsé (et euh)
 par une haine fanatiques (sans s)  d'hypocrites aliénés par la technologie. »

Jusqu’ici : argumentation nulle.
Attaques ad hominem, fautes de langue, verbiage, et, franchement : c’est totalement incompréhensible, si c’est le but : bravo.


« Me plier aux commentaires d'utilisateurs de forum ne basant leur argumentaire que sur leur propre personne et un vécu qu'elle(S) n'évoque(nt) que de façon évasive ne fait pas parti (euh) de mes habitudes. »
Euh, pas vraiment, non, sur la lecture du texte, chose qui vous semble extraordinaire. Lire le texte, pas les gloses, non, le texte lui-même, incroyable, non ?
Mais vous, les attaques ad hominem, le blabla creux, la connaissance au vingt-sixième degré ?


« Mais si, vous savez, "la société du ouï-dire et du déculottage de la pensée".
Celles où dans les sous-forums des utilisateurs se sentent offensés par un titre ne correspondant pas à leur vision binaire de ce sujet et se sentent obligés de mettre en doute et de décrédibiliser les autrices dont ils ne connaissent même pas la biographie d'un livre qu'ils n'ont pas lu... »


Ouh le vilain qui retourne mon argument : la lecture du Coran et la condition féminine d   ans ce livre saint (et dans les pays qui appliquent fermement l’Islam.)

« Celle qui se vante d'une démarche philosophique et se vautre dans les pires contradictions :
Citer
interroger l'islam en tant que tel, se demander si ce n'est pas la plus con et l'une des plus phallocratiques de toutes les religions
Interroger l'Islam actuel en tant que tel EST le point central de ce livre.
C'est un point que j'ai aussi crédité dès mes premiers messages. »


Anathèmes, blabla, toujours zéro argument (pour les fautes, me suis lassé, mais c’est pénible et iorrespectueux).


« Terrible, terrible politiquement correct vous bâillonnant en essayant de vous rappeler que la réalité est tristement plus complexe que vos lignes grossières tracées à même le sol. »

Allez, encore un petit coup d’injure, toujours pas d’argument, non, mais ça vous soulage, n’est-ce pas ?


« Heureusement que vous êtes là pour nous rappeler que "se demander si ce [l'Islam] n'est pas la plus con et l'une des plus phallocratiques de toutes les religions" en basant son argumentation sur quelques malheureuses petites lignes chargées de haine dogmatique contre religions est ce que l'on fait de mieux dans la pensée philosophique. »

A nouveau amphigourique, abscons…. A part votre propre famille, qqun vous comprend ?

« Et je le maintiendrai.
Citer
J'emmerde l'église catholique. J'ai lu la Bible (pas toute, non), on y valorise l'esclavage [...]
Vous voyez, ça vous énerve. »

Ah bon ? Je suis agnostique, sincèrement. La question de Dieu ne me semble pas ridicule (même si je pense, après Diderot, qu’elle complique les choses).


« Vous êtes incapables de garder votre sang-froid dès que l'on essaye d'aborder en détail le christianisme. »

Ah… Je suis plusieurs ?
Je suis légion ?
Vous êtes amusant.


«  Au mieux vous éludez la reconnaissance de ses évolutions récentes et de leurs mécanismes ( historisation de la religion, rapprochement avec la science, recherches d’interprétations en accord avec les droits de l'homme et de la femme, déconstruction et mise en valeur des contradictions des dogmes religieux établis, éléments promus par les autrices du livre mais dans le cadre de l'Islam ).
Pourtant, dès qu'il s'agit de dire que le Catholicisme à la française, c'est tout de même vachement mieux que l'Islam, vous êtes beaucoup plus clément quant à ses défauts. »

Vous inventez, ce n’est pas joli, non. « Catholicisme à la française » ? Vous revenez du meeting de Le Pen ?



« Suis-je en train de fabuler ? »

Fabuler, je ne sais pas, mais délirer, sans doute.


« Peut-être. Je ne me suis jamais présenté porteur d'une vérité parfaite. »

Quelle délicatesse, mon chou.


«  Je l'ai concédé dès mon second message. »

Et vous concédez, et vous vus relisez, et vous savez compter jusque deux ! J’suis épaté !


« Juste celle que j'ai pu voir en côtoyant des musulmanes françaises et étrangères de milieux sociaux et culturels diverses. Des ingénieures avec ou sans le voile, des smicardes du quartier qui boivent et mangent parfois du porc, des camarades fleuristes ne pratiquant pas mais attachées aux rites funéraires et de mariage musulmans, des étudiantes la fac extraverties et volontaire tentant de s'affirmer en tant que femme et musulmane dans un milieu masculin et athée. »

Oh ! Voilà L’argument : la vérité des femmes que vous avez côtoyées !
Ben, il est fort, hein !
Su’l’cul, qui m’laisse, hein…
Pis, ça ne relève pas du ouï dire, non, non, c’est du solide, ça !
Et pis, sur le fond, c’est fort aussi, l’accumulation de ces gens, vraiment, l’argumentation, avec vous est royalement servie, pis, objective, en plus.

Au fait, c’est QUOI : la vérité pas parfaite que ces femmes vàous ont révélé, à vous, ô prophète ?


« Mais vous alors ?
Citer
Ce Dieu vengeur, qui craint les hommes, pue.
Citer
Ce Dieu qui, dès le début, parle de répudiation et d'héritage a bien peu à dire aux hommes.
Citer
Tu dédouanes le Coran, victime dès lors…. »

Vous citez, c’est bien, mais pour quoi faire ?



« Bien prétentieux est celui qui prétends décrire ce que Dieu est aux yeux des croyants en une simple phrase où seul son jugement prétendument éclairé et instruit prévaut. »

C’est trop drôle : et inversement, alors, tu t’es posé la question avant de te ridiculiser toi-même ?


« Pire encore si son argumentaire repose sur des sophismes comme la personnalisation d'un livre. »
N’ g ?

« Le titre de prophète ornant votre pseudonyme vous monte à la tête très cher monsieur. »

Non, mauvais lecteur, pas Zénobie, zenobi zen comme dans zen et obi….ouane ? Mais déliez encore, vous êtes irrésistible.


« Est-ce bien la même personne qui, à son arrivée sur le forum, se disait agnostique et non concerné par la religion ( apathéisme, pour votre culture personnelle, ne me remerciez pas ), «
Ben, il est culturé, en plus, le gars. Oui, il fait des fôtes à chaque ligne, mais quand même, il est fort, hein. Pis, il est plus fort que nous, ça, c’est sûr.

« mais qui se verse »
Se verse ? Vous renversez !

 « pourtant maintenant dans la diction dogmatique de ce qu'est Dieu comme un parfait gnostique »
Ah ? Où ça ?
Vous ne seriez pas un peu menteur, non ?
J’hésite. Ou vous mentez ou vous délirez.

« Mais c'est vrai, vous avez raison, c'est moi qui ronronne, vous, vous nous offrez la Gloire et la Lumière de votre avis indiscutable, auréolé de l’Évidence Absolue de vos points de vue sur les religions.
Amen. »

Ah bon ? Je fais ça, moi ?
Vous, vous ronronnez, là, y’a pas de doute.
Attention au réveil.

Hors ligne Loïc

  • Vortex Intertextuel
  • ****
  • Messages: 7 126
  • Chercheur en causes perdues
Re : Féminismes islamiques (Zahra Ali)
« Réponse #39 le: 01 mars 2017 à 11:31:45 »
Bon, tu as lu le Coran, très bien.
Et la Sunna ?
Et la jurisprudence ?
Et les façons dont l'Islam est vécu et pratiqué dans des pays aussi différents que l'Indonésie, l'Iran ou l'Algérie ? (sans parler des pays occidentaux)

En étudiant la philosophie, on n'apprend pas à ne pas essentialiser un fait social ?

(Quand aux attaques sur la langue, elles sont d'une bassesse qui n'a rien à faire ici)
"T'façon je sais pas recevoir l'amour, moi ça me met trop mal à l'aise"
Therapie Taxi

"Les Grandes Histoires sont celles que l'on a déjà entendues et que l'on n'aspire qu'à réentendre.
Celles dans lesquelles on peut entrer à tout moment et s'installer à son aise."
Arundhati Roy

Hors ligne pehache

  • Grand Encrier Cosmique
  • **
  • Messages: 1 215
Re : Féminismes islamiques (Zahra Ali)
« Réponse #40 le: 01 mars 2017 à 11:38:57 »
Elles sont au niveau de vos amalgames. (Mais pas une seule critique des attaques ad hominem dont je suis la cible ici. Vous êtes sourd d'une oreille, je pense. Oh! mais pardon, vous voulez peut-être à nouveau m'exclure? )

Quelle" bassesse", mon chou, sur un forum à prétention littéraire que de relever quelques fautes de langue(parmi une multitude), alors que la première des corrections devrait être, ici, orthographique.
Mais dire de qqun qu'il est grossier, nazi, etc. ça, hein, du moment que c'est adressé à "zenobi", ce n'est jamais que l'expression de la vérité ?
Vous êtes un hypocrite de haut vol, monsieur.

Sion, quant à ce fil...
Je me demande toujours ce que vous cherchez à dire.
Que l'Islam est une terre promise pour les femmes, un haut lieu de leur émancipation?
Je ris.
« Modifié: 01 mars 2017 à 12:32:11 par pehache »

Hors ligne Loïc

  • Vortex Intertextuel
  • ****
  • Messages: 7 126
  • Chercheur en causes perdues
Re : Féminismes islamiques (Zahra Ali)
« Réponse #41 le: 01 mars 2017 à 13:04:39 »
Marrant, je ne crois pas avoir écrit que l'Islam est un haut lieu d'émancipation féminine.
Ce que je cherche ? À défendre la pertinence d'un travail de recherche face à un dénigrement sans argumentation. Et à dire qu'il peut exister (et qu'il existe, d'ailleurs, une pratique féministe de l'Islam. Probablement des pratiques, même.

Et toi ? Je ne crois pas t'avoir vu parler une seule fois du livre dont il est question.

Pour le reste, tu te poses toujours aussi bien en victime, c'est fascinant.
"T'façon je sais pas recevoir l'amour, moi ça me met trop mal à l'aise"
Therapie Taxi

"Les Grandes Histoires sont celles que l'on a déjà entendues et que l'on n'aspire qu'à réentendre.
Celles dans lesquelles on peut entrer à tout moment et s'installer à son aise."
Arundhati Roy

Hors ligne pehache

  • Grand Encrier Cosmique
  • **
  • Messages: 1 215
Re : Féminismes islamiques (Zahra Ali)
« Réponse #42 le: 01 mars 2017 à 13:21:07 »
Et toi en donneur de leçon, sûr de lui, indigné par telle "bassesse", mais regardant ailleurs quand ça l'arrange...
ça pue quand même de la gueule, ces méthodes partiales. Modération, modération...
Hypocrite.
Je brise là.

Hors ligne Isso80

  • Tabellion
  • Messages: 24
Re : Féminismes islamiques (Zahra Ali)
« Réponse #43 le: 27 mars 2017 à 12:30:55 »
Bonjour les amis,
Je pense qu'il appartient aux musulmanes elle même de faire renaître cet esprit de L'Ijtihad (de l'effort intellectuel constructeur) afin d'échapper à des pratiques qui sont davantage le fruit d'une vision  culturelle que cultuelle. Des disciplines comme l'Histoire, la Philologie, la philosophie permettraient de corriger le tir, car il va sans dire qu'en matière de condition féminine l'injustice est de plus en plus flagrante.
je comprends parfaitement le titre de cet essai: je suis pour un féminisme musulman si ce dernier tend à défendre le statut originel de la femme, à dépoussiérer ce cumulus impressionnant de corpus religieux où le pire côtoie le meilleur. Faut il rappeler la totale liberté des femmes des premiers temps de l'islam, leur verve légendaire, leur courage infaillible.
 Je pense réellement que la dégradation de la condition féminine  est le fruit d'un processus historique dont il faut défaire la trame perverse. j'ai bien entendu conscience que c'est un travail de longue haleine et pour lequel il faut une mobilisation d'abord chez les musulmanes qui elles seules peuvent "réformer" leur condition.

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.15 | SMF © 2017, Simple Machines
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.053 secondes avec 22 requêtes.