Le Monde de L'Écriture

17 août 2017 à 09:40:52

Le Monde de L'Écriture » Salle de lecture » Théâtre et poésie » [Poésie, auteur] Apollinaire

Auteur Sujet: [Poésie, auteur] Apollinaire  (Lu 3630 fois)

Hors ligne DarkMarius

  • Clochard céleste
  • Grand Encrier Cosmique
  • **
  • Messages: 1 057
    • Voir le profil
[Poésie, auteur] Apollinaire
« le: 28 mars 2007 à 13:26:58 »
[copié-collé de l'article de Soww'el]

Marygold m'a gentiment demandé de vous mettre cette présentation de Guillaume Apollinaire, la voilà...  ^^


Guillaume Apollinaire naît à Rome. Il poursuit des études aux lycées de Cannes puis de Nice. À 20 ans, il fréquente la bohême parisienne où il vit d'expédients : littérature alimentaire (romans populaires d'aventure, héroïque ou érotique). Soupçonné dans le scandale du vol de la Joconde, il est emprisonné durant une semaine à la prison de la Santé ; cette expérience le marquera passablement.
Il se fait précepteur dans une famille allemande. Dans cette famille, il rencontre une anglaise prénommée Annie Playden, avec laquelle il va vivre une courte aventure amoureuse, qui toutefois va profondément l'affecter. Lorsque Annie le quitte, il la suit en vain jusqu'en Angleterre, mais Annie s'en va en Amérique en 1904, s'éloignant définitivement d'Apollinaire. Apollinaire célébrera sa relation avec Annie et la douleur de la rupture dans de nombreux poèmes, dont Annie.
De retour en France en 1908, on lui connaît une liaison avec l'artiste peintre Marie Laurencin. En 1910, il commence l'écriture de poèmes recueillis dans Alcools. Il se lie d'amitié avec Picasso, Derain, de Vlaminck et le douanier Rousseau.
Il s'engage dans l'armée en 1914, il chante la guerre en tant que « beau spectacle ». La guerre est pour lui l'occasion de se déclarer « vrai Français », de servir sa patrie. Affecté au 38e régiment d'artillerie puis au 96e régiment d'infanterie avec le grade de sous-lieutenant, il est blessé à la tête par un éclat d'obus le 17 mars 1916, il est évacué et trépané, puis retourne à Paris.
Guillaume Apollinaire meurt le 9 novembre 1918 de la grippe espagnole ou des suites de ses blessures. Il fut enterré au cimetière du Père Lachaise à Paris.


Extrait de Alcools, Crépuscule
À Mademoiselle Marie Laurencin

Frôlée par les ombres des morts
Sur l'herbe où le jour s'exténue
L'arlequine s'est mise nue
Et dans l'étang mire son corps

Un charlatan crépusculaire
Vante les tours que l'on va faire
Le ciel sans teinte est constellé
D'astres pâles comme du lait

Sur les trétaux l'arlequin blême
Salue d'abord les spectateurs
Des sorciers venus de Bohême
Quelques fées et les enchanteurs

Ayant décroché une étoile
Il la manie à bras tendu
Tandis que des pieds un pendu
Sonne en mesure les cymbales

L'aveugle berce un bel enfant
La biche passe avec ses faons
Le nain regarde d'un air triste
Grandir l'arlequin trismégiste



Extrait de Poèmes à Lou, Je pense à toi

Je pense à toi mon Lou ton cœur est ma caserne
Mes sens sont tes chevaux ton souvenir est ma luzerne

Le ciel est plein ce soir de sabres d'éperons
Les canonniers s'en vont dans l'ombre lourds et prompts

Mais près de toi je vois sans cesse ton image
Ta bouche est la blessure ardente du courage

Nos fanfares éclatent dans la nuit comme ta voix
Quand je suis à cheval tu trottes près de moi

Nos 75 sont gracieux comme ton corps
Et tes cheveux sont fauves comme le feu d'un obus
qui éclate au nord

Je t'aime tes mains et mes souvenirs
Font sonner à toute heure une heureuse fanfare
Des soleils tour à tour se prennent à hennir
Nous sommes les bat-flanc sur qui ruent les étoiles

Mon avis :
J'ai découvert les calligrames et le surréalisme grâce aux poèmes d'Apollinaire. Malgré le peu d'enthousiasme que me procure en général la poésie, les recueils de ce poète sont si originaux qu'ils ont réussi à retenir toute mon attention... et j'ai beaucoup aimé !

Petite définition :
Un calligramme est un poème dont la disposition graphique sur la page forme un dessin, généralement en rapport avec le sujet du texte, mais il arrive que la forme apporte un sens qui s'oppose au texte. Ce genre a été pratiqué au début du XXe siècle, notamment par le poète français Guillaume Apollinaire, qui est à l'origine du mot (formé par la contraction de « calligraphie » et d'« idéogramme »), dans un recueil éponyme (Calligrammes, 1918). Étymologiquement, ce mot-valise signifie «Belles Lettres» dans la mesure où il reprend l'adjectif grec kali (="belle") et le nom gramma qui signifie "signe d' écriture","lettre"; il s'agissait donc pour Apollinaire d'« écrire en beauté » Il aurait ainsi déclaré parodiquement à son ami Picasso : « anch'io son' pittore, moi aussi je suis peintre! » Ainsi, cette forme particulière de poésie est parfois nommée poésie graphique. Mais si Apollinaire demeure l'auteur de calligrammes le plus reconnu par l'histoire littéraire, il n'a pas inventé le "poème-dessin "; Rabelais au XVI° siècle avait ainsi représenté sa "dive bouteille"! (source : wikepédia)

Quelques oeuvres célèbres :
- Le Bestiaire, ou Cortège d'Orphée (1911)
- Alcools (1913)
- L’Esprit nouveau et les poètes (1917)
- Les Mamelles de Tirésias (1917)
- Calligrammes (1918)
- Poèmes à Lou (publication posthume, 1947)

Voili, voilou...  :P



[post Dark]
On peut le rapprocher de Romain Gary car ils ont tous deux un engagement patriotique très important et des mèères respectives un peu... bizarre, enfin si je me rappelle bien de ce que ma prof de français m'a dit ;)
« Modifié: 08 septembre 2015 à 20:56:05 par Rain »
Bzzzz Bzzzz

Hors ligne Windreaver

  • Calliopéen
  • *
  • Messages: 432
  • Infinity
    • Voir le profil
Guillaume Apollinaire
« Réponse #1 le: 28 mars 2007 à 14:33:46 »
j'ai adoré les Calligrammes  ^^ mais c'est un peu difficile à comprendre, le surréalisme.
Quelques fois je cours
Je laisse mon âme errer
Qui a dit que Morphée
Ne vivait pas le jour ?

En ligne Marygold

  • Modo
  • Comète Versifiante
  • ***
  • Messages: 4 138
  • marmotte aphilosophique
    • Voir le profil
Guillaume Apollinaire
« Réponse #2 le: 29 mars 2007 à 23:31:56 »
Merci de l'avoir fait Soww'el !! Je trouve que ta présentation est assez complète pour nous donner envie d'en savoir plus et d'en lire plus surtout !
Si je trouve d'autres poèmes, lorsque je lirai l'un de ses recueils par exemple ^^ je reviendrai !
Oh yeah ! 8)

Hors ligne Leia Tortoise

  • Palimpseste Astral
  • ***
  • Messages: 2 762
    • Voir le profil
    • Mon blog
Guillaume Apollinaire
« Réponse #3 le: 11 mai 2007 à 22:23:52 »
C'est mon poète préféré!!
Ah, les surréalistes, c'est toujours un peu ardu, un peu spécial, toujours sur la corde raide, mais j'aime bien...
(essayez les Fleurs Bleues de Queneau, c'est un peu plus facile d'abord, et c'est très drôle)

Je garde un souvenir ému de ma première découverte des calligrammes  :)

Il y a aussi le magnifique poème "Sous le pont Mirabeau", qui a été chanté par Pow Wow dans une très belle interprétation... Mais rien que le texte est très beau, j'essaierai de penser à revenir le mettre ici...

EDIT: le voilà!! Je voulais aussi mettre un lien pour écouter l'interprétation des Pow Wow, mais j'en ai pas trouvé... A la limite je pourrais l'héberger sur youtube ou un truc comme ça, mais avec mon bas débit c'est mission impossible... Il ne vous reste plus qu'à emprunter l'album "Quatre" si vous avez ça à portée de main... Mais n'hésitez pas, c'est sublimement repris!!


Sous le pont Mirabeau coule la Seine
Et nos amours
Faut-il qu'il m'en souvienne
La joie venait toujours après la peine

Vienne la nuit sonne l'heure
Les jours s'en vont je demeure

Les mains dans les mains face à face
Tandis que sous
Le pont de nos bras passe
Des éternels regards l'onde si lasse

Vienne la nuit sonne l'heure
Les jours s'en vont je demeure

L'amour s'en va comme cette eau courante
L'amour s'en va
Comme la vie est lente
Et comme l'Espérance est violente

Vienne la nuit sonne l'heure
Les jours s'en vont je demeure

Passent les jours et passent les semaines
Ni temps passé
Ni les amours reviennent
Sous le pont Mirabeau coule la Seine

Vienne la nuit sonne l'heure
Les jours s'en vont je demeure




Et puis j'en profite pour mettre deux autres poèmes parmi mes préférés:


Le vent nocturne

Oh! les cimes des pins grincent en se heurtant
Et l'on entend aussi se lamenter l'autan
Et du fleuve prochain à grand'voix triomphales
Les elfes rire au vent ou corner aux rafales
Attys Attys Attys charmant et débraillé
C'est ton nom qu'en la nuit les elfes ont raillé
Parce qu'un de tes pins s'abat au vent gothique
La forêt fuit au loin comme une armée antique
Dont les lances ô pins s'agitent au tournant
Les villages éteints méditent maintenant
Comme les vierges les vieillards et les poètes
Et ne s'éveilleront au pas de nul venant
Ni quand sur leurs pigeons fondront les gypaètes



Les sapins

Les sapins en bonnets pointus
De longues robes revêtus
Comme des astrologues
Saluent leurs frères abattus
Les bâteaux qui sur le Rhin voguent

Dans les sept arts endoctrinés
Par les vieux sapins leurs aînés
Qui sont de grands poètes
Ils se savent prédestinés
A briller plus que des planètes

A briller doucement changés
En étoiles et enneigés
Aux Noëls bienheureuses
Fêtes des sapins ensongés
Aux longues branches langoureuses

Les sapins beaux musiciens
Chantent des noëls anciens
Au vent des soirs d'automne
Ou bien graves magiciens
Incantent le ciel quand il tonne

Des rangées de blancs chérubins
Remplacent l'hiver les sapins
Et balancent leurs ailes
L'été ce sont de grands rabbins
Ou bien de vieilles demoiselles

Sapins médecins divagants
Ils vont offrant leurs bons onguents
Quand la montagne accouche
De temps en temps sous l'ouragan
Un vieux sapin geint et se couche
« Modifié: 14 mai 2007 à 21:47:07 par Leia Tortoise »
Of course it is happening inside your head, but why on earth should that mean that it is not real ?
- Dumbledore -
*
Books ! Best weapons in the world.
- Doctor Who -

Hors ligne Lo

  • ex Loredan
  • Clochard céleste
  • Vortex Intertextuel
  • ****
  • Messages: 7 587
  • ancien roi singe
    • Voir le profil
    • oligmarcheur
Guillaume Apollinaire
« Réponse #4 le: 08 juin 2008 à 17:23:14 »
J'aime beaucoup ce poème-ci :


Chantre

Et l'unique cordeau des trompettes marines.


*

Pas seulement par ce que c'est le poème le plus court de la litté française... enfin, ça joue, bien sûr. Mais définir le vers par le vers, c'est beau, je trouve :)
On entend dix vers sons de cloch dans toutes ces histoires d'entend mais ça chanj rien. Couac il en soit elles sont pas à prendre au pédalettr. C'est dix verses façons de narre ce qui se pass. (Enig Marcheur)

Giles

  • Invité
Re : Apollinaire
« Réponse #5 le: 18 décembre 2010 à 23:16:44 »

© L. Campa, C. et M. Moore / Site Apollinaire
Used with Permission

Ces trente-deux photos montées, prises le 1er août 1914, nous donnent l'agréable impression de voir Apollinaire et son ami André Rouveyre* vivre et bouger. Nous devons à Apollinaire l'invention du mot « surréalisme », le manifeste du futurisme (L'Anti-tradition futuriste, 1913) et quelques-uns des plus beaux poèmes de la langue française (mais ça tout le monde le sait). Je ne saurais trop vous recommander une visite à son site officiel (les photos sont sous le lien Apollinaire : Son et Lumière), hébergé par la Western Illinois University.
 
__________
* André Rouveyre (1879-1962). Portraitiste, écrivain et journaliste très connu au début du XXe siècle.

Hors ligne Nocturnal.Rose

  • Tabellion
  • Messages: 51
    • Voir le profil
Re : Apollinaire
« Réponse #6 le: 31 décembre 2010 à 12:53:39 »
Merci pour cette image, c'est incroyable!!

Comme beaucoup je crois que j'ai une préférence pour ses calligrammes, qui font la réputation d'Apollinaire. Mais au delà de ceux là, Apollinaire a ce don de faire naître des images, des couleurs, voire des musiques, de ces mots. Je pense au Pont Mirabeau par exemple, où l'on entend presque les mouvements de l'eau...

Il est de ces poètes qui nous emporte dans un drôle de songe, c'est comme ça que je qualifierais aussi le surréalisme. Une sorte de vertige, un basculement dans un reflet incroyablement déformé de notre perception des choses.

Hors ligne Kasprzak

  • Prophète
  • **
  • Messages: 627
    • Voir le profil
    • Mike Kasprzak
Re : Guillaume Apollinaire
« Réponse #7 le: 21 octobre 2011 à 12:41:02 »
J'aime beaucoup ce poème-ci :


Chantre

Et l'unique cordeau des trompettes marines.


*

Pas seulement par ce que c'est le poème le plus court de la litté française... enfin, ça joue, bien sûr. Mais définir le vers par le vers, c'est beau, je trouve :)


 :coeur: Je suis tombé amoureux d'un vers  :coeur:
"le public ne retient d'un écrivain, ou de ses écrits, que ce qu'il souhaite, et se moque du reste. or ce qu'il en retient lui est, la plupart du temps, le moins indispensable, alors que ce qu'il laisse filer lui ferait le plus grand bien."

http://www.lecafardheretique.fr/

pehache

  • Invité
Re : Apollinaire
« Réponse #8 le: 15 mars 2012 à 21:02:08 »
Mon préféré, c'est:



Dans la Haute-Rue à Cologne
Elle allait et venait le soir
Offerte à tous en tout mignonne
Puis buvait lasse des trottoirs
Très tard dans les brasseries borgnes
Elle se mettait sur la paille
Pour un maquereau roux et rose
C'était un juif il sentait l'ail
Et l'avait venant de Formose
Tirée d'un bordel de Changaï
Je connais des gens de toutes sortes
Ils n'égalent pas leurs destins
Indécis comme feuilles mortes
Leurs yeux sont des feux mal éteints
Leurs cœurs bougent comme leurs portes
Guillaume Apollinaire

Hors ligne Alan Tréard

  • Calame Supersonique
  • **
  • Messages: 2 005
  • Tu m'en apprends beaucoup !
    • Voir le profil
    • Alan Tréard, c'est moi !
Re : [Poésie, auteur] Apollinaire
« Réponse #9 le: 27 juillet 2017 à 00:29:46 »
Apollinaire a toujours été un poète qui m'a fasciné.

Il a un quelque chose d'évident qu'on ne saisit pas toujours à la première approche, ceci se ressent plus en détail quand on a réellement été saisi par le rythme. J'y ai énormément évolué, sa poésie est extrêmement enrichissante.

Je crois que je pourrai le défendre à vie, il m'a profondément touché.

Je pense qu'Apollinaire a quelque chose de frappant, comme une touche de sincérité qu'il préserve mystérieusement au sein de ses vers. Certains de ses mots me bercent en soirée.

J'ai toujours cru que ses vers me retourneraient ; pour le moment, je n'ai jamais été déçu, il me suffit d'ouvrir un recueil de ses poèmes pour me sentir basculer, ému ou amusé. Certains passages de ses poèmes me trottent en tête en pleine journée.

Je dois le remercier ici.

Je suis aujourd'hui très inquiet qu'Apollinaire ne soit pas étudié plus en profondeur dans les écoles. C'est comme une grave omission. On s'attachait à mon époque (à l'école) à étudier des lettres de poilus, là où la rugosité des plumes ne touche pas toujours la conscience, séparés par le temps qui passe. Apollinaire était sur le front pendant la Première Guerre mondiale, cela se sait peu, et pourtant ses poèmes en disent long, vraiment très, très long.

Ce serait comme un immense symbole de la mémoire française que l'on aurait légèrement ignoré.

Il faut réhabiliter ce poète, c'est une nécessité !

 


Écrivez-nous :
Ou retrouvez-nous sur les réseaux sociaux :
Les textes postés sur le forum sont publiés sous licence Creative Commons BY-NC-ND. Merci de la respecter :)

SMF 2.0.14 | SMF © 2017, Simple Machines
Manuscript © Blocweb

Page générée en 0.936 secondes avec 19 requêtes.